fbpx
Courses intersaison

Ingrid Tandrevold : “frustrée et déçue”

La Norvégienne a vécu un vrai cauchemar le week-end passé. Très affectée par sa prestation derrière la carabine, elle a pu compter sur le soutien de sa grande copine Tiril Eckhoff.

“Je n’étais pas certaine de venir ici. Je suis finalement venue car je me sentais assez forte pour défier mes adversaires du week-end. Au final, je rentre en étant très mécontente de moi”, s’est-elle exprimée pour la NRK.

Seulement 23e du sprint et 15e de la mass-start, Ingrid Tandrevold a vécu un véritable naufrage derrière la carabine avec 15 fautes au total, soit 50% de réussite. Un cauchemar sur le pas de tir qui la relègue très très loin derrière sa copine Tiril Eckhoff, impériale sur les deux courses.

“C’est comme s’il y avait un fantôme qui planait autour de moi quand je tire là-bas. Je travaille tous les jours pour le faire disparaître. Je sens que j’ai fait de grands progrès cette année. J’ai changé de carabine et travaillé très dur. J’essaye de me dire qu’il faut faire un pas en arrière avant d’en faire un en avant.”

“La compétition c’est la compétition, on veut toujours performer quand on prend le départ d’une course. Je n’ai pas fait ça ce week-end, surtout sur le pas de tir. Je suis un peu frustrée et déçue de ne pas obtenir ce pour quoi je m’entraîne.”

Tiril pour la consoler

En larmes dans la zone d’arrivée après la mass-start (voir photo ci-dessous), la Norvégienne a été réconfortée par sa grande copine Tiril Eckhoff, qui est également venue à son soutien au micro de la NRK.

“Je lui ai dit que ce ne sont que les championnats nationaux d’été, ce n’est pas aussi important que la saison hivernale. Nous nous entraînons tous les jours ensemble, c’est juste une mauvaise passe, ce n’est pas très grave, elle est bien meilleure que ça. Il faut continuer à travailler.”

“Nous avons quelques années de différence mais Ingrid a fait un grand pas en avant cette année. Ça va se voir cet hiver, j’en suis sûre.”

“Lorsqu’un tel passage à vide arrive, alors on se dit que le lendemain est un nouveau jour. Mais quand cela se reproduit vous vous sentez mal.”

Un anniversaire pour oublier

Après ce week-end douloureux pour la biathlète native de Bærum, place à quelques jours de repos et une fête d’anniversaire.

“C’est bientôt mon anniversaire (ndlr : 24 ans le 23 septembre), donc je vais le fêter. Actuellement je veux rentrer chez moi, tirer et m’entraîner, mais je sais que ce n’est pas ça qui me rendra meilleur en ce moment. Maintenant j’ai besoin d’un peu de repos.”

Crédit photo : Carina Johansen / NTB

Commenter