fbpx
Championnats du Monde

Antholz- – Alexander Loginov : “Ils essaient d’accélérer la fin de ma carrière”

Dans un long entretien pour Match TV, Alexander Loginov est revenu sur la perquisition ayant eu lieu très tôt ce matin à son hôtel.

Votre avis sur les événements de ce matin.

Quel est mon avis… Venir dans ma chambre à six heures du matin et fracturer la porte, devinez… Et ils ont tout fouillé. Tout, jusqu’aux roues de la valise. D’accord, pas de problème. Mais sortir un ordinateur et un téléphone en 2020, c’est ce que je ne comprends pas. Vous retirez le contenu, téléchargez les correspondances, mais laissez moi communiquer avec ma famille et mes amis.

Avez-vous essayé de comprendre le motif de ces actions ?

Tout cela à cause de l’histoire d’accréditation de Kasperovich. L’IBU le soupçonnait de se cacher sous le nom de quelqu’un d’autre. Apparemment, après qu’il soit venu me voir, je me suis mis à courir vite. Ce ne sont que des spéculations non fondées, je n’ai rien à dire à ce sujet.

Est-il vrai que vous ne vouliez pas participer au relais ?

Non, ce n’est pas vrai. Je n’ai pas à avoir honte. Regardez, les accusations tombent de toutes parts… Je déteste y penser !

Quelle importance la présence de Kasperovich à ces championnats a-t-elle eu pour vous ?

Nous sommes en contact permanent avec lui, parfois il règle mes problèmes d’organisation. Il m’a aidé à me préparer pendant le camp d’entraînement de Ridnaun. Kasperovic voulait me soutenir, alors il a pris l’accréditation de quelqu’un d’autre.

Le lui reprochez-vous ?

Blâmez-le, mais les accusations de dopage sont totalement infondées, elles n’ont rien à voir avec l’accréditation. Le voilà, étant dans la pièce voisine avec sa femme et sa fille, qui couvre-t-il ? De qui se cache-t-il ?

Vous rendez-vous compte que toute cette agitation vous hantera pour le reste de votre carrière ?

Je ne suis plus surpris. C’est peut-être ainsi qu’ils essaient d’accélérer la fin de ma carrière. Si c’est ce qu’il y a de mieux pour tout le monde, je suppose qu’il faudra le faire.

Êtes-vous sérieux ?

Et si l’IBU le voulait ainsi ?

Vous souciez-vous des souhaits des autres biathlètes ?

C’est leurs problèmes, non je ne m’en soucis pas. Laissez-les vérifier, fouiller. Je vous le dis, il y a un agent de dopage à environ un mètre de là. Vous êtes les bienvenus, pas de problème, je ne vais pas me cacher. Le sujet le plus douloureux pour moi est le téléphone. Je ne peux pas parler à ma famille, à mes proches.

Quand vous a-t-on promis le retour de vos effets personnels ? Ceux des Kazakhs avaient été rendus trois mois plus tard.

Je ne sais pas. Le dialogue était difficile et le traducteur ne connaissait pas très bien le russe.

Quel est, selon vous, le rôle de l’Ukraine dans cette histoire ?

Dans le sens où l’accréditation était ukrainienne ? C’est interdit, c’est mal, c’est passible d’amendes, je n’y suis pas vraiment favorable, à cent pour cent. Mais où en est-on arrivé ? Je suis juste choqué.

Si vous êtes si en colère, êtes-vous prêt à battre tout le monde lors de la mass-start ?

Je n’y pense pas en ce moment, honnêtement.

À en juger par le relais, l’anxiété n’a pas affecté votre état de santé.

Cela ne va pas affecter mes performances ou mes résultats. Mais ma femme est très inquiète pour moi et pour elle-même. C’est vraiment mauvais, c’est bouleversant et dérangeant.

Vous devriez peut-être prendre le téléphone de quelqu’un d’autre pour contacter votre femme.

Je ne l’ai pas encore contactée aujourd’hui. Je vais le faire. Et je vais faire tout mon possible pour la voir un peu plus tôt que prévu. Beaucoup. Parce que je dois être là pour elle en ce moment.

L’IBU a déclaré que la chaîne Match TV utilise cette histoire pour faire de la propagande pour la Russie. Qu’en pensez-vous ?

“Match TV a été le premier média dans notre hôtel, ils ont couvert toute la situation et ont fait ce qu’il fallait, à mon avis. Parce que ce qui s’est passé était mal. J’ai vu cette lettre. Elle a été rédigée par l’IBU et été envoyée à la police italienne. Si c’est le cas, qui le fait sauter ? Ce n’est pas Match TV qui s’est introduit chez moi à six heures du matin, Match TV faisait simplement son travail. Essayez d’imaginer : je suis assis en sous-vêtements, et la police porte des armes, la mienne et celle de Garanichev. Avaient-ils peur de se faire tirer dessus ? Il y avait un couteau de cuisine sur la table – ils l’ont aussi mis de côté. Ils nous ont traité comme des criminels.

Si Kasperovich avait été accrédité , rien de tout cela ne serait arrivé, n’est-ce pas ?

Je ne veux pas en parler, ce n’est pas mon problème.

La femme et la fille de Kasperovich étaient donc elles aussi présentes ?

Bien sûr ! Ils ne les laissaient pas quitter la pièce, leur fille pleurait, ils la calmaient du mieux qu’ils pouvaient.

Claire Egan, responsable de la commission des athlètes de l’IBU, a déclaré que si vous aviez des questions, vous pouviez la contacter.

Je serais heureux de la contacter et de lui parler.

Crédit photo : IBU

Auteur

Aymeric

Aymeric

Rédacteur Biathlon Live

Commenter