fbpx
Coupe du Monde

Quentin Fillon-Maillet : “Je suis assez frustré”

Quentin Fillon Maillet - Icon

Sixième du sprint, Quentin Fillon-Maillet ne comprend pas sa méforme sur les skis mais relativise sa performance grâce à son tir.

Retrouvez la réaction du Jurassien après le sprint au micro de La Chaîne l’Équipe.

Sur sa course :

J’ai du mal à faire le bilan, à voir ce qui se passe mal au niveau du ski. J’ai eu des difficultés, j’ai poussé sur les skis au début avec l’impression que les skis ne glissaient pas. Ce n’est pas la faute des techniciens, peut être que c’est moi, peut-être que c’est ma préparation. Je ne sais pas trop ce qu’il s’est passé. Je suis assez frustré parce que d’habitude, notamment l’année dernière, c’était vraiment mon point fort le ski. Là on retourne la situation. Je suis très content de mon tir mais sur les skis, je ne comprends pas trop.

Je prends onze secondes au premier inter alors que c’est seulement une descente, une partie plate et un peu de montée. Prendre onze secondes sur une partie plate où c’est difficile à creuser, j’ai un peu de mal à comprendre. Après, ça allait un peu mieux sur les derniers tours mais il y a de la frustration car faire le plein au tir et ne pas réussir à faire une belle course, c’est frustrant. C’est un peu comme hier, ça me met bien pour aller chercher une tablette de chocolat, comme dit mon copain Guillaume, mais voila c’est du champagne que je veux aller chercher.

Sur sa gestion de son temps de ski pendant la course :

Je ne sais pas à combien je vais redescendre une fois que tout le monde aura terminé. Honnêtement dès le premier inter et passé le premier tir, je me suis dit que ça allait être super compliqué de rentrer dans le top 20. Je n’étais pas bien à skis mais je me suis quand même botté le cul pour aller jusqu’au bout et me donner à 100% sans réfléchir aux conséquences. Je me suis beaucoup entrainé et j’avais vraiment envie de me battre jusqu’au bout. Mais il y a de la frustration car je suis déçu de voir que le travail de cet été ne paye pas de suite. J’espère qu’il paiera plus tard.

Sur le travail de préparation estivale :

Je n’aime pas me trouver des excuses car aujourd’hui on a essayé de tout mettre en place pour que ça se passe le mieux possible. C’est sûr qu’on aurait du aller en Norvège au lieu d’aller à Bessans. On n’aurait peut-être pas du être en altitude mais je me dis que le travail a bien payé l’année dernière. Il a été encore meilleur cette année. Ça devrait marcher à un moment ou à un autre. Je suis content de pouvoir le voir sur le tir mais sur le ski, je suis toujours en attente.

Image cliquable vers la fiche complète de Quentin Fillon Maillet.

Crédit photo : IBU

Commenter