Coupe du Monde

Ostersund | Ecrasante victoire des Bleues sur le relais

Les Françaises réalisent un relais exceptionnel, écrasant la concurrence avec quasiment une minute d’avance sur la Biélorussie. La Suède, à la bataille avec la Norvège, complète le podium.

Les Françaises impériales

Anaïs Bescond, Anaïs Chevalier-Bouchet, Julia Simon et Justine Braisaz-Bouchet auront chacune fait le boulot, sur les skis comme derrière la carabine. Solidement installées sur la première place dès le deuxième relais, les Bleues ne feront qu’augmenter leur avance grâce aux très belles prestations de Julia Simon et Justine Braisaz-Bouchet, auteures de tirs somptueux qui leur font presque oublier leurs difficultés sur le pas de tir. C’est donc un sixième podium pour la France cette semaine, et une première victoire.

Crédit photo : Kevin Voigt

Anaïs Bescond, auteure d’un 20/20 sur la poursuite hier, aura eu cette fois besoin de deux balles de pioche pour blanchir ses cibles. Elle lancera toutefois Anaïs Chevalier-Bouchet en une bonne position, en compagnie de la Norvège de Tiril Eckhoff, à moins de dix-sept secondes de la tête. Cela n’empêchera pas la Française de rejoindre le groupe de tête pour son premier tir, et d’en ressortir en première position. Dès cet instant, la France ne quittera plus la place de leader.

Un relais qui libère le tir des Françaises

Julia Simon cherchait des réponses sur son tir couché, qui la pénalise sur chaque course depuis ce début de saison. Elle en a certainement trouvé dans ce relais, où elle n’aura eu besoin que d’une seule balle de pioche au tir couché, pour finir avec un incroyable tir debout qui la place déjà à plus d’une minute d’avance de la Biélorusse Kruchinkina. Comme en écho avec sa coéquipière, Justine Braisaz-Bouchet réalise un tir couché serein, où deux cordons et une balle manquée ne lui empêcheront pas de placer sa balle de pioche en plein centre de la cible. Toujours dans le rythme sur les skis malgré l’absence de repère visuel, ses concurrentes évoluant loin derrière elle, Justine Braisaz-Bouchet conservera sa minute d’avance à son arrivée derrière les cibles pour le tir de la victoire. Elle s’offrira le luxe de se faire plaisir sur son tir, tout en maîtrise et ultra rapide. Les Françaises ont non seulement le meilleur score au tir du top 10 (à égalité avec l’Allemagne), mais aussi le meilleur temps de tir en cumulé.

Le sourire de Justine Braisaz-Bouchet après son tir debout. Crédit photo : Kevin Voigt

Les Biélorusses impressionnent

Les biathlètes biélorusses ont réalisé un relais remarquable, d’un bout à l’autre de la course. Sans aucune faute au tir lors des deux premiers relais, Dzinara Alimbekava donnait le relais à Elena Kruchinkina juste derrière les Françaises. Malgré trois balles de pioche, la Biélorusse profitera des erreurs de ses adversaires pour conserver la deuxième place. Hanna Sola, dernière relayeuse, fera ensuite le nécessaire pour tenir les grosses nations à distance. La Biélorussie confirme ainsi sa bonne dynamique dans le relais féminin, en continuité avec la saison précédente, et les bons résultats individuels de ses biathlètes.

La Suède revient de loin

Tout comme lors du relais masculin hier, la Suède s’est rapidement pénalisée de tours de pénalité. Cette fois, c’est Mona Brorsson, deuxième relayeuse, qui craque sur son tir debout, et rajoute 300 mètres à son équipe. Cependant la Suède pourra compter sur la fusée Elvira Öberg pour reprendre du temps sur la piste, et surtout grimper de la neuvième à la troisième place en un seul relais. Hanna Öberg devra ensuite lutter face à Marte Olsbu Røiseland et Franziska Preuss pour conserver le podium. Si l’Allemande n’a pu rivaliser sur les skis malgré une seule pioche, la Norvégienne lui donnera du fil à retordre. Les deux Scandinaves batailleront jusqu’au sprint dans le dernier tour, finalement remporté par Hanna Öberg. À noter l’impressionnant temps de ski de la Suède – à attribuer essentiellement à Elvira Öberg – qui relègue leurs concurrentes françaises à 50 secondes, et la Norvège à 55 secondes.

Crédit photo : Kevin Voigt

Tiril Eckhoff et Dorothea Wierer toujours fébriles

Mais la Suède n’a pas été la seule nation à passer à côté de ce même tir debout, pour les deuxièmes relayeuses. Tiril Eckhoff et Dorothea Wierer ont aussi des regrets à avoir. Toutes deux bataillant en tête avec la France, la Biélorussie et la Suède, elles iront tourner une fois sur l’anneau de pénalité. Le début de saison est décidément compliqué pour les deux précédentes détentrices du Gros globe de cristal, ce qui inquiète notamment Tiril Eckhoff. Si la Norvège termine quatrième, l’Italie devra se contenter de la sixième place.

Il y a peut-être quelques regrets également pour l’Allemagne, qui malgré un très bon tir (quatre pioches comme les Françaises) termine la course en cinquième position à 1 minute et 26 secondes. Janina Hettich, malgré un sans-faute, subira le rythme de ses concurrentes et perdra 48 secondes sur Julia Simon.

Résultats complets

Crédit photo : Kevin Voigt

Biathlon Manager 2022