Coupe du Monde

Antholz – Émilien Jacquelin : “Content de m’être accroché”

Sixième du sprint d’Antholz, Émilien Jacquelin enchaîne avec une seconde cérémonie des fleurs depuis son retour. Le Français, comme tous les autres, a dû s’incliner une nouvelle fois face à Johannes Boe.

“Je fais avec, je me bats”

Le Villardien a souffert ce vendredi sur le tracé d’Antholz. Mais il s’est accroché en piste et derrière la carabine (9/10) pour prendre part à sa seconde cérémonie des fleurs consécutive en terminant à la sixième place. Il s’élancera demain sur la poursuite avec 1 minute 08 de retard sur Johannes Boe, à 30 secondes du podium.

“Aujourd’hui c’était très compliqué sur les skis pour moi, avoue Émilien Jacquelin au micro de la chaîne l’Équipe après son sprint. J’ai sans doute laissé de l’énergie en me repréparant après l’étape de Pokljuka. En tout cas je n’ai pas les sensations que j’aimerais avoir, au-delà de l’attitude où d’habitude je me sens plutôt bien. Au bout de quelques kilomètres de course, les jambes saturent. Je suis content de m’être accroché dans le dernier tour sur les skis, sur le pas de tir aussi. Le dernier tir est bien engagé. Là où je suis satisfait c’est que ça se fait un peu plus dans le calme, dans la sérénité, et c’est comme ça que j’arriverais à faire des 10/10. Un très beau tir couché, un 4/5 au debout, donc beaucoup de positif. La forme est loin d’être optimale, mais je l’accepte, je fais avec, je me bats, en attendant des jours meilleurs qui seront j’espère aux Mondiaux.”

© Manzoni/NordicFocus

“C’est incroyable ce qu’il fait [Johannes Boe, vainqueur pour la dixième fois cet hiver, ndlr]. C’est du grand Johannes, tant mieux pour le biathlon. Ça tue un peu le suspense malheureusement mais il faut savourer et profiter d’avoir des champions comme ça, ce n’est pas tous les jours. Bravo à lui.”

Crédit photo : Manzoni/NordicFocus