fbpx
Championnats du Monde

Antholz – Johannes Boe : “Je suis très heureux”

C’est un Johannes Boe très heureux que nous avons retrouvé au micro de l’IBU pour la traditionnelle conférence de presse d’après course. Retrouvez ci-dessous la réaction du vainqueur du jour.

Propos recueillis en conférence de presse

Comment avez-vous structuré votre course aujourd’hui ? Vous sembliez très concentré, spécialement sur le tir couché sur lequel vous avez fait quelques erreurs les jours précédents.

Oui j’ai essayé d’être un bon biathlète aujourd’hui. Ma concentration était sur le fait de faire une bonne course. J’ai essayé de prendre mon temps sur le tir couché pour avoir un début de course tranquille. J’ai été chanceux sur le troisième tir, sur le dernier j’ai pu prendre mon temps, respirer et me concentrer sur les cibles.

Il en va de même pour votre ski. Sur les trois premières boucles vous sembliez contrôler les débats et vous avez créé pas mal d’avance sur la quatrième boucle. Était-ce pour avoir plus de marge de manœuvre pour le dernier tir ?

Oui j’ai essayé de créer un écart bien sûr car on ne sait jamais ce qu’il peut se passer sur le dernier tir. J’ai essayé de skier vite mais j’avais toujours de bonne jambe pour le debout.

Comment résumeriez-vous ces mondiaux ? Vous avez gagné six médailles dont trois en or, c’est incroyable.

Oui ça l’est, c’était excitant de venir aux mondiaux en espérant faire quelque chose comme l’an dernier mais c’est très dur. L’an dernier j’avais quatre médailles d’or, cette année seulement trois mais je suis très heureux.

Marte vient de remporter sa septième médaille en sept courses. Vous êtes également capable d’une telle performance.

Faire un sept sur sept nécessite une bonne équipe chez les dames comme chez les hommes car il y a deux relais mixte mais ce qui est très impressionnant c’est qu’elle a été la clé du succès dans tous les relais. Sur le relais mixte simple et le relais dames elle est celle qui a fait que l’or se soit concrétisé. Elle est également montée sur le podium chaque jour, je sais à quel point c’est dur et je suis très impressionné.

Nous avons entendu dans une interview qu’après avoir franchi la ligne d’arrivée vous vouliez rentrer chez vous le plus rapidement possible pour voir votre femme et votre fils. Mais si l’on regarde le classement général et qu’on fait un calcul mathématique vous n’êtes plus qu’à 38 points de Martin Fourcade. Est-ce que vous y pensez ou allez-vous rentrer chez vous sans y penser ?

J’y pense. D’abord je rentre chez moi et après je repars pour Nove Mesto et j’y penserai.

Crédit : La Chaîne l’Équipe

Commenter