fbpx
Divers

Vetle Christiansen : “Je dois m’entraîner en altitude”

Vetle Christiansen IBU

Initialement, les biathlètes norvégiens devaient se rendre en Italie et en France pour effectuer plusieurs stages en altitude. À ce jour, seul celui d’octobre à Bessans n’a pas encore été annulé.

Vetle Sjaastad Christiansen ne se voit pas passer à côté de ces stages d’entraînement en altitude. Le Norvégien envisage de prendre seul la route de l’Italie dès que possible comme il l’explique au média VG.

“Je dois faire mon propre plan, et ensuite j’irai en Italie. Je dois amener un entraîneur qui aime être là-bas pendant deux ou trois semaines.”

“Si je dois progresser en vue des Jeux Olympiques, je dois m’entraîner encore plus en altitude. Ce type d’entraînement est la chose la plus importante pour moi avant les Jeux Olympiques de 2022. Je suis toujours à la recherche de choses qui peuvent m’aider à m’améliorer, et l’altitude est une chose qui m’aide vraiment.”

Objectif Pékin 2022

À travers cette déclaration, le Norvégien fait des JO 2022 à Pékin un de ses objectifs majeurs à moyen terme. Et en effet, l’entraînement en altitude est crucial en vue de la localisation des prochains JO. Le stade de biathlon de Pékin 2022 s’élève aux alentours des 1900m. À titre de comparaison Antholz, qui est actuellement l’étape de Coupe du Monde la plus haute du circuit, se trouve à environ 1600m.

Stade de biathlon de Pékin 2022. Crédit photo : Beijing2022

“La compétition se déroulera encore plus haut qu’à Antholz, j’ai donc besoin de m’entraîner sur des pistes en altitude dès que possible. J’ai remarqué que plus je m’entraîne haut, plus je deviens réceptif à l’intensité de l’altitude et plus je m’améliore. Je ne peux donc pas abandonner ce type d’entraînement et pratiquer uniquement une préparation ici à la maison.”

Le Norvégien n’a pas pu s’empêcher d’ajouter une touche d’humour à son interview.

“Malheureusement les grattes-ciel ne nous sont pas ouverts pour l’entraînement !”

Avec l’aval de l’encadrement

Le patron de l’équipe nationale, Per-Arne Botnan, ne l’interdira pas de se rendre en Italie.

“Si cela convient à son emploi du temps et qu’il est d’accord avec les entraîneurs, je ne refuserai pas qu’il y aille. Alors, bien sûr, il devra prendre toutes les précautions”

Egil Kristiansen, entraîneur principal, parle également des stages prévus initialement en France et en Italie.

“Normalement, nous aurions eu trois stages d’altitude. L’idée était d’organiser autant de rassemblements en altitude cette saison que la prochaine. Désormais il n’en reste qu’un, mais dans ce cas il sera plus long que prévu.”

Les biathlètes norvégiens viennent de terminer leur premier rassemblement collectif de l’été à Sognsvann en banlieue d’Oslo. Prochain rendez-vous pour les hommes de Kristiansen à partir du 15 juin à Lillehammer.

Crédit photo : IBU

Commenter