fbpx
Divers

Hanna Öberg : “J’aimerais gagner le général de la Coupe du Monde.”

Dans un long entretien accordé à Fondoitalia.it, la biathlète suédoise revient sur ses débuts en biathlon, sur les changements apportés par Anders Byström dans la préparation, sans oublier de donner ses objectifs pour l’hiver à venir…

Comment avez-vous commencé le sport et le biathlon en Suède ?

“J’ai eu ma première paire de skis à deux ans comme cadeau d’anniversaire. Je skie donc depuis mon plus jeune âge. Ça a toujours fait partie de moi. J’ai toujours aimé skier depuis que je suis toute petite. Quand j’étais jeune, je pratiquais aussi la course d’orientation, le football et l’athlétisme. Mon père était également biathlète, mais pas membre de l’équipe nationale suédoise. Il faisait partie du corps militaire, alors il a rejoint le biathlon et a ensuite participé à des compétitions ici en Suède pendant quelques années. Quand j’avais dix ans, j’ai commencé le biathlon dans mon propre club de ski, le Piteå Elite SK. J’ai toujours aimé la combinaison de ces deux choses différentes : j’aime vraiment le ski et cet élément supplémentaire avec la carabine amène notre sport à un autre niveau. J’ai toujours aimé ça depuis le début, mais quand j’ai vraiment décidé que le biathlon était ce que je voulais faire, la passion a grandi peu à peu en moi. Peut-être lors de mon déménagement à Solletfeå et que j’ai commencé à fréquenter le centre de ski local, j’ai réalisé que je voulais faire du biathlon ma profession. Puis, au cours de ma dernière année de lycée, j’ai également rejoint l’équipe nationale. J’ai donc déménagé ici à Östersund où mes plus grandes améliorations ont eu lieu et j’ai gagné les championnats du monde juniors en 2016.”

Dans la course, nous connaissons très bien votre détermination, votre solidité au tir et votre ambition à vous améliorer saison après saison. Pouvez-vous vous décrire en dehors des courses ?

“La façon dont vous me décrivez en biathlète me représente aussi en tant que personne. Je suis une fille ambitieuse, ce que je fais, je veux le faire de mon mieux. J’aime aussi me voir professionnellement dans ce que je fais en dehors du sport. Je veux dire, même avec les sponsors, les réunions avec les médias, … je veux penser que je travaille de manière professionnelle même dans ces situations. Mais je suis aussi une personne plutôt calme mais déterminée dans ce que je veux faire, j’aspire à l’être.”

© Getty Images

Après de nombreuses années passées sous la direction de Wolfgang Pichler, l’équipe suédoise est désormais dirigée par Anders Byström avec Johannes Lukas et Johan Hagström. Quelles sont les principales différences que vous avez constatées à ce stade de la préparation estivale ?

“Je pense que notre préparation n’a pas totalement changé, elle est plus ou moins la même, bien que nous ayons quelques séances qui sont totalement nouvelles. L’entraînement physique par exemple est totalement nouveau et nous faisons un travail individuel qui diffère de l’année dernière. Par exemple, avec Johannes, nous faisons maintenant un travail de coordination qui nous rend plus rapides à ski. En même temps, cependant, nous gardons le même terrain d’entente que Wolfgang a laissé. Toute l’équipe et moi en particulier, sommes satisfaits du travail accompli jusqu’à présent et de la façon dont Johannes Lukas a fait diriger les stages.”

Avec Dorothea Wierer, Lisa Vittozzi, Denise Hermann et Marte Olsbu Røiseland, vous considérez-vous comme une candidate sérieuse au gros globe de cristal la saison prochaine ?

“Une question difficile. Les Championnats du Monde à Anterselva seront certainement mon objectif principal. Mais avec la Coupe du Monde, mon programme est d’être présente dans toutes les courses de la Coupe du Monde. Cette année, toutes les étapes se dérouleront en Europe et j’aimerais être présente dans le plus grand nombre possible. Je n’ai jamais eu une saison où j’ai participé à toutes les courses. Par exemple, la saison dernière, alors que j’étais en compétition pour mon record de participation, j’ai manqué le voyage en Amérique du Nord. La saison prochaine sera différente pour moi et j’aimerais avoir les meilleurs résultats possibles tout au long de la saison.”

Mass-start d’Holmenkollen © IBU

Vous travaillez donc pendant l’été pour être au sommet à long terme, de décembre à mars ?

“La saison dernière, j’ai déjà obtenu des podiums de Coupe du Monde presque tout au long de la saison. J’ai eu un haut niveau de performance. Si je pouvais continuer ou même l’élever un peu plus, je serais super contente. Après la fin de la saison dernière, je me sentais très fatiguée. J’ai eu beaucoup de mal à absorber le travail de la saison dernière au printemps. Mais maintenant, je suis assez confiante quant à mon niveau actuel d’entraînement et de récupération.”

Mais si vous deviez choisir un seul but pour la saison prochaine, entre la troisième médaille d’or individuelle consécutive à Anterselva ou la première place sur la Coupe du Monde, lequel choisiriez-vous ?

“Si je devais n’en choisir qu’un seul, j’aimerais gagner le général de la Coupe du Monde, parce que pour le général, il faut être le meilleur tout au long de la saison, pas seulement sur une journée.”

La suédoise a remporté le globe de l’individuel l’hiver dernier. © IBU

Que pensez-vous du fait que les billets pour les Championnats du Monde d’Anterselva seront bientôt épuisés, alors que la demande pour les compétitions européennes de ski de fond est faible ?

“Je pense que c’est génial qu’Anterselva 2020 soit déjà complet. Alors que nous savons tous que le ski de fond a beaucoup de difficultés en ce moment, peut-être pas ici en Suède ou dans les pays nordiques, mais en Europe centrale, l’intérêt est beaucoup plus faible. Le ski de fond aura ses propres défis à relever à l’avenir, mais le biathlon est un sport qui fait vraiment battre plus vite le cœur des amateurs.”

Considérez-vous l’individuel comme votre “course”, celle où l’on vous attendra le plus pendant la saison ?

“Bien sûr, j’ai un sentiment particulier avec l’individuel. On ne s’amuse pas beaucoup avec ça pendant une saison. Mais pour moi, quand je suis sur la ligne de départ, peu importe que ce soit un sprint, une mass-start ou un individuel. Je sais que j’ai de bonnes chances dans tous les formats. Chaque course a ses propres défis et ses propres intérêts. Vous devez prendre le meilleur de chaque compétition et personnellement j’aime toutes les courses de biathlon que nous avons sur le calendrier.”

Avez-vous une routine ou une superstition particulière avant d’affronter chaque course ?

“Je ne pense pas que ce soit si spécial : j’essaie toujours de changer mes chaussettes entre les réglages, l’échauffement et avant de commencer une course. Mais seulement parce que j’ai souvent les pieds mouillés et que je ne veux pas les avoir comme ça pendant la course. Rien de superstitieux du tout.”

*Interview réalisée par nos confrères de Fondoitalia.it

Crédit photo : Per Danielson

Auteur

Romain LB

Romain LB

Créateur du groupe Facebook Martin Fourcade Live et co-fondateur de Biathlon Live

Commenter