fbpx
Divers

Émilien Jacquelin : “On revient dans le gros du travail”

Opéré il y a une vingtaine de jours de la main gauche, Émilien Jacquelin retrouve peu à peu un rythme normal dans sa préparation, même s’il ne peut toujours pas reprendre sa carabine en main.

Du positif pour Émilien Jacquelin

Au micro de la FFS, Émilien Jacquelin a donné quelques nouvelles sur son état de santé. Au début du mois d’août, le tricolore avait lourdement chuté sur le bitume lors d’une sortie à vélo en Norvège. Rapidement pris en charge, il avait été opéré deux jours plus tard d’une fracture déplacée du radius de la main gauche. Une blessure qui a des répercussions sur la préparation du double champion du monde de la poursuite. Manquant une grande partie du stage en Scandinavie, et donc non aligné sur le Blink Festival, Émilien Jacquelin est absent du rassemblement de Bessans qui regroupe ces prochains jours les équipes de France A et B. Dans un premier temps au départ du Martin Fourcade Nordic Festival le 4 septembre, le Français a dû déclarer forfait, remplacé par son coéquipier Antonin Guigonnat.

Crédit photo : Kevin Voigt

Un contretemps dans l’entraînement d’Émilien Jacquelin qui reprend peu à peu l’allure. Après une reprise en douceur, le Villardien enchaîne désormais les séances dans un rythme quasi normal. Usant du home trainer et de la course à pied, il a pu rechausser les ski-roues il y a quelques jours…

“J’ai repris assez vite finalement après l’opération avec de la course à pied. Des petites séances parce que mon bras m’empêchait de courir et au bout de 40 minutes j’avais envie de mettre pied à terre. Maintenant on revient dans le gros du travail, du travail de seuil, de l’endurance. La semaine dernière j’ai pu effectuer une semaine quasi normale. Plus de 21 heures d’entraînement et pas mal de course à pied et de home trainer. J’ai pu aussi reprendre le ski-roues, c’est quelque chose qui m’a fait du bien à la tête.”

Crédit photo : Kevin Voigt

Toutefois, Émilien Jacquelin est toujours au point mort sur un axe travail. Encore gêné au niveau du poignet gauche, le Français ne peut toujours pas reprendre les séances sur le pas de tir. La patience est le maître mot de ces prochaines semaines pour le Français…

“Malheureusement c’est le tir qui va être très très long parce que j’ai encore zéro mobilité au niveau du poignet et pour ça il va falloir que je sois patient.”

Crédit photo : Kevin Voigt