fbpx
Coupe du Monde

Les Scandinaves et les autres à Kontiolahti

Tiril Eckhoff - Kevin Voigt

Depuis le début de l’hiver, Norvégiens et Suédois ont presque été sans partage avec leurs adversaires. Retour sur cette domination scandinave…

Après deux premiers week-ends de compétition, Norvège et Suède se détachent du peloton et raflent la quasi-totalité des victoires. Plusieurs facteurs peuvent expliquer une telle domination en ce début d’hiver. Des confinements plus souples pour les sportifs de haut-niveau dans ces pays. La possibilité de skier sur la neige depuis plus longtemps que les pays alpins. Un type de neige différent de celui sur lequel les pays alpins se sont entraînés. Et, notamment pour les Français, une altitude bien différente des derniers rassemblements nationaux.

90 % de victoire norvégienne ou suédoise

Quoi qu’il en soit le constat est là, Norvège et Suède dominent en ce début de saison. Sur les dix courses disputées en Finlande, neuf ont été remportées par un biathlète d’un de ces deux pays. Seule exception, la victoire italienne de Dorothea Wierer sur l’individuel inaugural. Si l’on prend plus large, 21 des 30 places sur les podiums ont été occupées par un représentant norvégien ou suédois.

Ensemble des podiums depuis le début de saison. En gras les biathlètes norvégiens et suédois.

Mis à part la victoire de Dorothea Wierer, seules l’Allemagne et la France ont réussi à placer des biathlètes sur les podiums. On peut donc y voir comme une sorte de double duel. Norvège contre Suède pour les victoires et France contre Allemagne pour le reste des places sur le podium.

Une domination visible sur les skis

Le constat est le même sur les skis, Norvégiens(nes) et Suédois(es) trustent les tops 10 des vitesses moyennes sur ce début de saison. Si chez les hommes seuls trois biathlètes, tous les trois Français, arrivent à s’immiscer dans ce tops 10, le constat est moins vrai chez les dames. Certes les trois skieuses les plus rapides sont suédoises et norvégiennes, mais cinq biathlètes non-scandinaves font partie de ce top 10.

Tops 10 des vitesses moyennes à ski. En gras les biathlètes norvégiens et suédois.

Les tableaux ci-dessus représentent les vitesses moyennes des biathlètes sur les quatre premières épreuves individuelles de l’hiver. Le tout en retirant le temps de ski sur les possibles anneaux de pénalité et le temps passé sur le pas de tir.

Et aux classements ça donne quoi ?

Si on jette un œil sur les classements des nations Norvège et Suède ne font pas match toutes seules. Chez les dames, les Norvégiennes pointent à la quatrième place, juste devant la Russie. Leur contre-performance sur le relais semble y être pour beaucoup, nul doute qu’elles joueront la victoire en fin de saison. Chez les messieurs, ce sont les Suédois qui ne sont pas à la lutte avec leurs homologues norvégiens. Il est vrai que leur relais s’est classé deuxième le week-end dernier, mais la densité de leur groupe ne semble pas pouvoir concurrencer celle de leurs voisins sur toute une saison.

Johannes Boe - Kevin Voigt
Crédit photo : Kevin Voigt

Du côté du classement général, c’est à l’image des classements des nations. Des Suédoises qui trustent le top 10 et des Norvégiennes aux portes de celui-ci. Chez les hommes, les Norvégiens en imposent, six représentants dans les onze premiers du général, alors que Sebastian Samuelsson semble bien seul chez les Suédois.

Hochfilzen, vers un retour des pays alpins ?

Ce week-end débute à Hochfilzen la double étape autrichienne de cette Coupe du Monde. Deux étapes bien plus en altitude que les deux précédentes, environ dix fois plus haut, et avec des neiges sur lesquelles les biathlètes des pays alpins ont plus l’habitude de s’entraîner. Cela permettra-t-il à ces biathlètes d’inverser totalement la tendance ? Début de réponse dès demain avec les sprints dames et hommes.

Crédit photo : Kevin Voigt

1 Commentaire

Commenter