fbpx
Coupe du Monde

Kontiolahti | Fabien Claude : “Je suis hyper satisfait”

Fabien Claude a décroché ce samedi son deuxième podium en carrière après un dernier tour de folie face au numéro un mondial. Découvrez sa réaction.

Propos recueillis par la Chaîne l’Équipe :

Je suis content, ça fait une belle semaine. Ça monte bien crescendo. Je suis content de ce que j’ai mis en place au tir debout. Je me suis fait confiance et une poursuite ça me va bien, on se pose moins de questions. C’est dommage ces deux erreurs au couché, j’ai encore des balles basses. Aujourd’hui l’essentiel n’est pas là, je suis hyper satisfait.

À chaque tour je faisais un énorme plat sur le stade pour recoller le groupe de devant et dans la grande bosse j’avais qu’une envie c’était de doubler Johannes. Je ne voulais pas que ma fougue prenne le dessus. Je savais que plus je m’économisais dans le dernier tour, plus j’aurais la patate pour le moment venu. Je ne suis pas sûr de tenir un tour entier à fond face à Johannes, par contre je sais qu’avec mes qualités sur une minute trente je peux largement rivaliser, voire même le battre. Le plan était de rester derrière, on me l’a bien répété sur la piste, de montrer que j’étais là, de faire sentir ma présence. Je ne voulais pas partir dans la bosse, je voulais juste monter à mon rythme. Je ne voulais pas être gêné, ne pas me faire accrocher, donc je me suis décalé et quand j’ai vu que je montais plus vite je me suis dit “j’y vais”. Je savais la distance qu’il me restait donc je n’allais pas lâcher. La dernière ligne droite j’en avais encore pour jouer.

Je savais que j’étais bien en ski dans les tours d’avant. J’ai jeté un coup d’œil pour voir comment c’était, voir si ça pouvait revenir derrière. Il est vrai qu’un groupe de cinq ou six ce n’est jamais plaisant dans un dernier tour. Surtout s’il n’y a qu’une ou deux places sur le podium. Donc je me suis dit, je skie derrière Johannes, je vois ce qu’il se passe, j’ai vu qu’on était que trois. Rester derrière, jamais me retrouver troisième, je ne voulais pas subir, je voulais toujours être prêt à déclencher quand il le fallait. Si c’était parti à fond j’aurais essayé de tenir. En tout cas ils ont fait mon jeu de me laisser derrière donc temps mieux.

On a toujours envie de plus, j’ai envie de savourer ce moment. Il est vrai que je n’ai pas eu un début facile sur cette Coupe du Monde, donc je suis pleinement satisfait. Je ne suis pas passé loin sur le sprint, je savais que ce n’était que la troisième course de la saison. L’objectif était de bien rester concentrer et de vraiment me faire plaisir. Concentré, c’est ce que j’ai réussi à faire sur mes tirs debout, plaisir, c’est sur le dernier tour et la dernière ligne droite.

Crédit photo : kvoigtfoto.de

Commenter