fbpx
Coupe du Monde

Ingrid Tandrevold : “Je vise ma première victoire”

Ingrid Tandrevold - TF-Images

Septième du dernier général avec trois podiums, la Norvégienne vise à présent un premier succès en Coupe du Monde. Elle revient également sur l’arrivée de Stina Nilsson sur le circuit.

En l’espace de deux saisons, Ingrid Landmark Tandrevold a changé de dimension. 40e mondiale en 2018, elle fait désormais partie du gratin du biathlon mondial. Dossard jaune sur les épaules lors de l’étape du Grand Bornand en décembre dernier et plusieurs podiums à son actif, la Norvégienne de 23 ans veut franchir un nouveau cap l’hiver prochain avec une première victoire sur le circuit. Et elle met toutes les chances de son côté.

“Je vise ma première victoire en Coupe du Monde. L’année dernière, j’ai senti que j’étais proche, mais ça ne s’est pas bien passé. Quand je suis en forme, je suis là. L’objectif est de bien figurer sur les sprints afin d’être bien placée sur les poursuites”, s’est-elle exprimée pour VG.

“J’ai changé la carabine que j’avais depuis mes 17 ans. Maintenant que j’ai une crosse faite sur mesure pour moi, on peut espérer qu’elle sera mieux équilibrée que l’ancienne. Le biathlon est un sport qui demande beaucoup de confiance en soi et le tir debout a clairement été mon talon d’Achille.”

Nous ne voulons certainement pas qu’elle nous batte.

En plus de ses ambitions pour la prochaine saison, Ingrid Landmark Tandrevold est revenue sur l’arrivée de Stina Nilsson dans sa discipline. Heureuse qu’elle rejoigne la famille du biathlon, elle pense que la Suédoise peut faire mal dès son premier hiver.

“Beaucoup de personnes se demandent comment Stina Nilsson se débrouillera dans le biathlon. Mais en tout cas pour moi c’est un compliment qu’elle ait choisi de passer au biathlon. Cela doit signifier qu’elle pense que nous pratiquons un sport fantastique.”

“Je pense qu’elle peut s’affirmer dès sa première saison, mais je serais quand même impressionnée si elle s’installait déjà au sommet du classement général dès son premier hiver. Denise Herrmann est également passée du ski de fond au biathlon, il lui a fallu quelques saisons et beaucoup de travail pour qu’elle atteigne un haut niveau de régularité. Nous ne voulons certainement pas qu’elle nous batte (rire).”

Crédit photo : TF-Images

Commenter