fbpx
Coupe du Monde

Hochfilzen – Julia Simon : « Je peux être maître de ma course »

Julia Simon - Adelsberger/EXPA Pictures via VOIGT Fotografie

Julia Simon, sixième du sprint, oscille entre satisfaction sur les skis et frustration sur le pas de tir. La Savoyarde veut retenir le positif et aller de l’avant pour le relais et la poursuite de ce week-end.

Propos recueillis par la chaîne l’Équipe :

A propos de sa course du jour :

“Je suis frustrée. En fait c’est compliqué, j’ai du mal à faire un choix dans ma tête. D’un côté je suis contente de mon ski, de la manière dont j’ai produit ma course et c’est vrai que je suis un peu frustrée, surtout de cette balle au couché. Au debout j’ai fait mon tir, il y a une balle qui m’échappe. Ce sont des choses qui arrivent mais au couché j’ai adapté mon tir, j’ai fait deux respirations, alors que d’habitude cette première balle m’échappe un petit trop vite alors je suis frustrée de cette balle-là. Mais après quatre et quatre, c’est une bonne course, il ne faut pas tout jeter. Tout ne s’est pas déroulé comme prévu mais c’est une bonne course. Je vais me raccrocher à ça car il y a une semaine j’étais au fond du classement et là je reste devant donc je peux me satisfaire de cette course. En plus le temps de ski est bon. J’avais la caisse, j’avais les jambes et des bonnes planches donc je pense que les techniciens avaient fait du bon travail car ça glissait bien.”

A propos de ses sensations à ski et son deuxième temps de ski de la course :

“Je pense que je n’ai pas digéré l’altitude. On a fait un stage en altitude avant d’aller à Kontiolahti. Finalement, j’ai eu du mal à me remettre en route derrière, à réussir à me faire mal. Donc j’avais besoin de courses et aujourd’hui je pense que j’ai les jambes. J’arrive à un endroit où je peux vraiment poser les skis. C’est de la neige hyper facile à skier. Je peux mettre de la puissance. Je peux faire ce que je veux en gros et aujourd’hui je peux être maître de ma course et ne pas subir. Je pense que ces conditions de neige sont parfaites, ce qui n’était pas le cas à Kontiolahti et c’est ce qui explique peut-être les temps moyens. Il s’est passé ce qu’il s’est passé il y a une semaine, il faut regarder de l’avant et maintenant maintenir ces temps de skis pour le relais de demain et la poursuite de dimanche.”

Crédit photo : Adelsberger/EXPA Pictures via VOIGT Fotografie

Commenter