Coupe du Monde

Elvira Oeberg : “J’ai toutes les cartes en main”

Elvira Öberg raconte sa préparation avant l'ouverture de la saison olympique

A l’occasion des courses de pré-saison qui se tiennent le week-end prochain à Idre, la biathlète Elvira Oeberg revient sur les détails de sa préparation en amont de la saison olympique.

Deuxième meilleure Suédoise au classement général l’an passé derrière sa sœur aînée Hanna Oeberg, l’étoile montante du biathlon suédois s’élancera ce samedi 13 novembre dans le cadre du sprint dames d’Idre. L’occasion de revenir sur sa pré-saison et sur ses ambitions de l’hiver.

Skier dans les traces de l’année dernière, le tir en plus

L’objectif du programme élaboré avec son entraîneur Johannes Lukas : aller de l’avant et consolider les bons résultats de l’an passé. Peu de changements du côté de la préparation physique : c’est sur le tir qu’ils ont mis l’accent durant la pré-saison.

Elvira Oeberg avait entamé sa Coupe du Monde 2020-2021 sur les chapeaux de roues. Avec un premier podium en carrière à Kontiolahti, elle avait encore accéléré la cadence à Hochfilzen. Ainsi, à l’issue du mois de décembre, Oeberg figurait déjà au top dix de neuf courses, dont une victoire (en relais) et trois podiums. Un rythme difficile à tenir, et qui s’était essoufflé en seconde partie de saison. 

La jeune Suédoise Elvira Oeberg avait créé la surprise sur le début du circuit Coupe du Monde la saison dernière
Crédit photo : Kevin Voigt

Avec quinze tops dix au compteur, la Suédoise s’était hissée sur la douzième marche du classement général. Et elle compte bien profiter de sa marge de progression sur le pas de tir pour continuer à élever son niveau.

« J’étais très satisfaite de ma condition physique pendant la saison, c’est le tir qui m’a fait défaut », analyse la biathlète en revenant pour Längd.se sur les résultats irréguliers affichés à partir de janvier dernier. Elle et Johannes Lukas ont ainsi adapté sa préparation en conséquence. « J’ai modifié la crosse de la carabine en juin », explique-t-elle. Ce changement délicat a porté ses fruits : la Suédoise se sent « au moins aussi bien qu’avant » sur le pas de tir. « Dans un bon jour, je sais que j’ai toutes les cartes en main. Je ne dépends pas des autres pour me placer, c’est grisant. »

Les Jeux Olympiques en ligne de mire

L’objectif principal de la saison, ce sont bien entendu les Jeux Olympiques, à l’instar de sa sœur aînée Hanna Oeberg. « Je veux aller à Pékin et je veux y montrer mon plus haut niveau », déclare-t-elle, des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux de sa sœur aînée Hanna Oeberg.

Habituellement affectée par l’altitude, la Suédoise a mis toutes les chances de son côté en multipliant les stages en haute altitude au cours de la pré-saison : « Je sais maintenant comment mon corps se comporte. Je sais qu’il s’adaptera si je lui donne le temps nécessaire. »

Les courses d’Idre pour replonger dans le bain

En attendant Östersund, l’équipe suédoise retrouvera la compétition sur neige pour la première fois avec les courses de rentrée d’Idre. Ce tour de chauffe sera l’occasion pour Elvira Oeberg de se replonger dans la routine de la course. « Après un été et un automne aussi réussis, on n’a qu’une seule envie : retourner à la compétition ! »

Crédit photo : Kevin Voigt

CYCLES ET SPORTS