Coupe du Monde

Antholz – Jacquelin l’As du dernier tour, les Bleus savourent

Au terme d’un dernier tour à sensation entre Émilien Jacquelin et Johannes Boe, les Bleus ont remporté leur deuxième relais consécutif devant les Norvégiens. Une belle journée donc pour l’équipe de France.

Émilien Jacquelin, l’as du dernier tour

Émilien Jacquelin deviendrait-il le cauchemar du dernier tour pour Johannes Boe ? En tout cas, dans cette configuration où les deux biathlètes se présentent pour un duel final avec la victoire au bout, le Français est intraitable. Déjà vainqueur de la confrontation au sommet l’année dernière sur la poursuite des Mondiaux d’Antholz, le Villardien a refait le coup à l’ogre norvégien mais cette fois-ci pour apporter la victoire aux copains.

Lorsque Simon Desthieux, troisième relayeur, transmet le témoin à Émilien Jacquelin, la France fait la course en tête. Mais la menace n’est pas loin. L’Allemagne est à moins d’une demi seconde alors que la Norvège est à plus de dix-huit secondes. Mais les « Norge » viennent de lancer la dernière fusée de leur rampe de lancement… et quelle fusée !

Johannes Boe met moins d’un demi tour pour rattraper son retard, ramenant la Russie de Latypov avec lui. Quatre nations se présentent donc pour le dernier couché du relais et le leader du général, auteur d’un sans faute prend la poudre d’escampette et arrive seul sur le dernier debout avec une dizaine de secondes d’avance sur la France et la Russie. Une pioche plus tard, le Norvégien s’échappait du pas de tir mais voyait un biathlète à la tunique bleue revenir dans son sillage.

© Kevin Voigt
La magnifique conclusion d’un travail d’équipe.

Ressorti avec un sans faute éclair et moins de quatre secondes de retard, Émilien Jacquelin faisait immédiatement l’effort pour effectuer la jonction avec son adversaire scandinave. Le dernier tour se résumait donc à un mano à mano entre les deux biathlètes. Personne n’arrivant à faire la différence, la victoire allait se jouer au sprint. Et à ce petit jeu, le tricolore allait donc refaire le coup des Mondiaux d’Antholz.

À quelques hectomètres de l’arrivée, le Français faisait l’extérieur à son adversaire pour le dépasser et prendre les commandes jusqu’à la ligne d’arrivée. Johannes Boe devait se contenter de la deuxième place (1+9 +0.8 sec.) et payait sans doute son effort du premier tour pour recoller à la tête de course. À peine la ligne franchie en vainqueur, Émilien Jacquelin tombait dans les bras de ses coéquipiers aux anges.

Ils pouvaient en effet être fiers de leur course d’équipe. Antonin Guigonnat, dont c’est la première victoire en relais hommes, transmettait le relais à Quentin Fillon-Maillet à moins de dix secondes de la tête, malgré trois pioches. Le Jurassien frôlait la correctionnelle avec trois pioches sur le tir debout. Laissant le relais à Simon Desthieux à moins de quinze secondes du leader russe, il aura aussi le fait le trou sur la Norvège, victime du tour de pénalité de Johannes Dale.

© Kevin Voigt

Ce même Simon Desthieux réalisera un passage très sérieux avec une seule pioche pour transmettre (donc) le relais en tête à Monsieur « dernier tour » ! La suite, on la connait. Les bleus enchainent donc sur une deuxième victoire consécutive en relais et se positionnent parmi les les grands favoris de cette épreuve dans ce format. Le prochain aura lieu aux Mondiaux de Pokljuka dans un mois… Vivement !

La Russie termine troisième de ce relais (1+7 +50.8 sec.) au finish devant l’Allemagne (0+6 +54.4 sec.). La Suède elle, plombée par une craquante de son premier relayeur, Peppe Femling (trois tours de pénalité) termine à une anecdotique quinzième place (3+16 + 5.41.3 min.)

Le classement complet du relais hommes :
C73C_v1-3

Crédit photo : Kevin Voigt

Commenter