fbpx
Exclusivité

Jake Brown “Soldier Hollow a été une expérience formidable”

Nouvelle interview exclusive sur Biathlon Live ! Pour la rédaction de notre reportage Horizon Biathlon n°1 sur le biathlon aux États-Unis, Jake Brown a eu l’amabilité de répondre à quelques questions.

  • Prénom : Jake
  • Nom : Brown
  • Date de naissance : 28 mars 1992
  • Lieu de naissance : Saint Paul (Minnesota)
  • Nationalité : Américaine
  • Instagram : wjakebrown

Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous vous présenter en quelques phrases, expliquer comment vous êtes arrivé au biathlon et comment s’est passée votre formation ?

« Je viens du Minnesota, un État du nord des États-Unis, plat et chargé de lacs. Les hivers du Minnesota sont froids et les Minnésotains qui aiment rester actifs trouvent souvent le ski de fond comme moyen de profiter de l’hiver. J’ai commencé à skier dans la cour arrière de mes parents à l’âge de 3 ans, mais ce n’est que lorsque j’ai rejoint l’équipe de course de ski de mon lycée que je suis devenu accro à ce sport. Dès le début, j’ai été un bon skieur et j’ai excellé dans les courses de distance en style libre tout en concourant pour le St. Olaf College et plus tard la Northern Michigan University. Après avoir obtenu mon diplôme universitaire et terminé mon admissibilité au ski de la NCAA, j’ai eu la chance de m’inscrire au programme de développement senior de biathlon des États-Unis à l’âge de 24 ans et je n’ai pas pu le laisser passer. Au début, le biathlon me plaisait parce que toutes les courses se déroulent en skating et sur une distance de 10 km ou plus, mais j’ai vite découvert que j’aimais aussi le défi mental de ce sport. 2019-2020 sera ma quatrième saison de biathlon et ma deuxième avec mon club, le Craftsbury Green Racing Project, qui est sponsorisé par Concept 2 (fabricant de SkiErg et RowErg) et basé à Craftsbury, Vermont. »

Après deux saisons et demie sur le circuit européen et sur le circuit mondial depuis Ruhpolding, votre premier point en Coupe du Monde est-il votre meilleur souvenir sur une course internationale ? Si non, lequel est-ce ?

« J’ai beaucoup de bons souvenirs de la saison dernière. Le plus mémorable sera sans doute le tumulte de ma première Coupe du Monde, le relais à Hochfilzen, en Autriche. Je courais avec mes coéquipiers de l’IBU Cup à Ridnaun, en Italie, le samedi j’ai obtenu un bon résultat, me classant 15ème avec 2 ratés. Après la course, notre entraîneur Tim Burke m’a pris à part et m’a expliqué que Paul Schommer était tombé malade pendant la Coupe du Monde, et qu’ils avaient besoin que j’aille à Hochfilzen ce soir-là pour courir le relais de la Coupe du Monde dès le lendemain. L’échauffement du lendemain a été super c’était excitant de voir nos gars skier au même niveau que les leaders. J’ai eu envie de courir avec les meilleurs. Finalement, j’ai pris le relais en 14ème position et j’ai terminé 12ème avec une solide dernière boucle. Ce n’était pas notre meilleur résultat de l’année, mais je pense que cette journée sera toujours spéciale pour moi. »

La saison dernière, 2 événements de Coupe du monde ont eu lieu en Amérique du Nord. Comment avez-vous vécu cette semaine de compétition ? Est-ce que votre famille a fait le voyage à Canmore pour vous soutenir ?

« Soldier Hollow a été une expérience formidable, surtout sur le relais mixte. J’ai couru plusieurs fois à “SoHo” à l’université et je suis donc à l’aise avec le site. Voir des amis et des fans de biathlon que je connaissais donnait aussi l’impression que la course ressemblait encore plus à une Coupe du Monde à domicile, mais cela dit, les États-Unis sont un grand pays ! Il faut une journée entière de voyage pour se rendre dans l’Utah depuis l’endroit où mon équipe s’entraîne dans le Vermont. Ma famille n’est pas venue dans l’Utah, mais ils sont venus à Östersund pour m’encourager aux Championnats du Monde quelques semaines plus tard, ce qui était encore mieux. J’ai manqué Canmore pour cause de maladie, je ne peux donc pas commenter cet événement. Je sais juste qu’il faisait très froid. »

Jake Brown en plein effort (Photo: John Lazenby/lazenbyphoto.com)

Dans un pays où le nombre moyen de fusillades par jour est très élevé et où l’on pratique des sports nécessitant une arme, y a-t-il une sensibilisation particulière chez les jeunes ?

« En tant que biathlètes, nous sommes confrontés à un aspect intéressant de la culture américaine des armes à feu. Nous sommes des athlètes axés sur la performance dans le sport, mais de par la nature même de notre sport, nous sommes aussi propriétaires d’armes à feu. Il y a une grande différence entre posséder une arme à feu pour le sport et posséder une arme à feu à des fins de violence. Nous devrions nous assurer que nous faisons la promotion de la première méthode et de la sécurité des armes à feu, et non de la seconde. »

Les prochains Championnats du Monde seront organisés à 1700m d’altitude. Avez-vous adapté votre formation en conséquence ? Si oui, de quelle façon ?

« Je pense qu’il est important de s’entraîner un peu en altitude et beaucoup au niveau de la mer, peu importe où sera la compétition. L’entraînement au niveau de la mer m’aide à développer ma puissance et ma vitesse, ce qui n’est pas naturel pour moi, tandis que l’entraînement en altitude me donne l’expérience nécessaire pour réussir dans les courses en altitude. L’année dernière et cette année, nous avons eu un camp d’entraînement avec l’équipe nationale pendant trois semaines en octobre à Soldier Hollow, en Utah. C’est là où je suis maintenant. Je viens de vérifier l’altitude où nous séjournons – 1702m, donc pas mal pour imiter l’altitude d’Antholz. »

Votre pays est numéro 1 dans de nombreux domaines et dans de nombreux sports, mais le biathlon est un sport peu développé et peu promu par rapport au potentiel qu’un tel pays pourrait avoir. Comment voyez-vous l’évolution de votre sport depuis vos débuts ?

« Je ne suis dans le monde du biathlon que depuis trois saisons, il m’est donc difficile de dire quels sont les changements significatifs que j’ai remarqués. Notre équipe nationale est certainement plus profonde, bien que nous ayons perdu Tim Burke et Lowell Bailey au top, nous avons des équipes IBU et juniors plus fortes qu’il y a quatre ans, grâce à notre organe directeur national qui a adopté une approche plus robuste pour financer les programmes de développement. J’ai également remarqué la croissance significative d’un certain nombre de petits clubs dans l’Ouest (Casper, Wyoming, Anchorage, Arkansas, et Soldier Hollow, Utah) pour complémenter avec les clubs plus établis qui ont du succès dans l’Est. Pour moi, le succès à long terme du biathlon américain dépend de la longévité et de la popularité de ces types de clubs communautaires. »

Lowell Bailey dans une interview pour le site web de la NPR a déclaré que le biathlon aux États-Unis fait toujours face à des problèmes budgétaires. Comment USBA vous aide-t-il lorsque vous voyagez en Europe ? Devez-vous parfois payer certaines dépenses avec votre propre argent ?

« Cela dépend. Au début de la saison, l’USBA nous envoie une liste de tous nos événements et le montant de l’autofinancement qui y est associé. Certaines Coupes du Monde et généralement les Championnats du Monde sont couverts par l’USBA. Certains ne le sont pas. Nous sommes heureux d’avoir maintenant comme sponsor principal Ariens, mais nous recherchons en permanence de nouveaux sponsors. Le sponsoring de notre équipe est un moyen très avantageux pour une entreprise pour promouvoir son produit sur deux continents. Nous ne croyons pas seulement que c’est vrai, nous le savons. La difficulté est de convaincre les entreprises Américaines que le biathlon est réellement populaire en Europe. »

On pousse sur les bâtons (Photo: John Lazenby/lazenbyphoto.com)

De même pour les sponsors, il y a quelque temps, Sunsan Dunklee avait collé un autocollant sur son fusil qui disait : “Des millions de téléspectateurs. Votre annonce ici” qui lui a permis de trouver rapidement des sponsors. Est-il difficile pour vous d’avoir des marques qui veulent être vos sponsors ?

« Oui, il est difficile de trouver des sponsors. Le biathlon n’est pas si populaire ici… pour le moment. D’habitude, je dois expliquer aux entreprises ce qu’est exactement le biathlon quand je fais un pitch pour une sponsorisation. Cela dit, ce n’est pas impossible. Un certain nombre de mes coéquipiers a réussi à trouver des sponsors, mais pas sans un peu de travail supplémentaire, ce qui peut signifier du temps et des déplacements loin de l’entraînement. J’ai la chance de faire partie de l’équipe du club Craftsbury Green Racing Project, sponsorisé par Concept 2, fabricant des célèbres SkiErg et RowErg. »

Il y a quelques années, des filles de l’équipe nationale ont lancé “Girls with Guns ” pour aider à développer le biathlon chez les jeunes filles. Qu’en pensez-vous ?

« Emily Dreissigacker et Susan Dunklee ont été les instigatrices derrière « Girls with Guns », je ne suis qu’un admirateur masculin distant de l’événement. L’équipe féminine a organisé une série de camps découvertes de biathlon dans un certain nombre de camps découvertes à travers le pays pour les jeunes filles afin de leur enseigner les rudiments de la sécurité avec la carabine, du tir et du biathlon. C’est une excellente initiative de la part de notre équipe féminine pour faire de la publicité pour le biathlon et la participation des femmes à ce sport à travers les États-Unis. Elles ont organisé des camps découvertes au Vermont, à New York et en Utah. »

Jake-Brown

Auteur

Aymeric

Aymeric

Rédacteur Biathlon Live

Commenter