fbpx
Divers

Tarjei Boe regrette le départ de Martin Fourcade

Grands rivaux depuis leurs débuts dans le biathlon, l’aîné des frères Boe regrette le choix du catalan d’arrêter sa carrière même s’il compte bien se mesurer face à la nouvelle génération tricolore.

De leurs années en junior jusqu’à la mi-mars sur le site de Kontiolahti, Tarjei Boe et Martin Fourcade ne se sont (presque) jamais quittés. Tous les deux de la génération 88, une grande rivalité et une belle amitié sont nées entre ces deux immenses champions au fil des années. Si l’un a plus réussi que l’autre, le respect a toujours été présent malgré cette bataille franco-norvégienne qui a souvent apporté son lot de piquant. Mais désormais, l’aîné de la fratrie Boe devra se trouver un nouvel adversaire de taille après le départ définitif du septuple vainqueur du gros globe.

“Des sportifs raccrochent tout le temps mais il y a toujours de nouveaux champions. Ole Einar Bjoerndalen et Emil Svendsen ont pris leur retraite et voilà Quentin Fillon Maillet et Émilien Jacquelin. C’est dur aujourd’hui, ça n’a jamais été aussi dur de monter sur la boite”, raconte Tarjei Boe à VG.

Même si le Norvégien avoue que le départ à la retraite de Martin Fourcade lui permettra, mais également à son frère Johannes, de gagner “plus facilement”, il regrette tout de même de ne plus pouvoir batailler face à celui-ci, et espère que cette lutte entre français et norvégiens sera toujours aussi passionnante.

“C’était super de concourir avec lui. C’est plus amusant de voyager d’étapes en étapes et de se présenter au départ quand Martin est là parce que tu sais qu’il est bon. Tu sais que si tu veux le battre, tu dois donner ton meilleur. Et il a toujours aimer la bagarre et les duels contre les biathlètes norvégiens. Quand tu reçois son respect en retour, c’est très fascinant comment l’esprit de compétition se réveille. Ce n’est plus pareil maintenant parce qu’il a toujours été l’homme à abattre.”

“Martin a été très important pour le biathlon international, a la fois sportivement mais aussi pour le profil qu’il s’est créé. Il a eu une bonne image. Maintenant, on doit s’arranger pour avoir une belle bagarre avec quelques nouveaux français pour garder les téléspectateurs.”

À bientôt 32 ans, Tarjei Boe va entamer fin novembre sa douzième saison en Coupe du Monde. Satisfait de son dernier hiver malgré la déception de repartir bredouille des derniers mondiaux d’Antholz à titre individuel, le Norvégien est toujours aussi motivé à batailler chaque week-end d’hiver pour monter sur le podium, mais sans oublier la notion de plaisir.

Crédit photo : IBU

Commenter