fbpx
Courses intersaison Divers

Johannes Boe : “Un tir complètement catastrophique”

Actuellement en stage à Beistostolen avec son équipe, Johannes Boe a réalisé un test chronométré qui s’est avéré très compliqué à quelques jours de la reprise.

Quelques doutes pour le numéro un mondial ?

À moins de trois semaines de l’ouverture de la saison, Johannes Boe ne s’est pas totalement rassuré. Privés de sélections norvégiennes à Sjusjoen ce week-end, les Norvégiens doivent se résoudre aux tests en interne.

Lundi, l’équipe masculine a pris part à un sprint remporté par Erlend Bjoentegaard. Johannes Boe a quant à lui terminé bon dernier en raison d’un tir très compliqué. Le double tenant du général a fauté à 5 reprises, dont 4 sur son tir couché. Une craquante que le numéro un mondial a du mal à s’expliquer…

“C’était un tir complètement catastrophique. Je n’ai pourtant pas eu de problème. J’ai pris mon temps avant le premier tir et j’étais calme. J’ai cliqué, mais ça ne m’a pas aidé. Je vais devoir ressasser jusqu’à la prochaine course comment j’ai pu mettre ces quatre balles à côté”, s’est-il confié à la NRK.

Son coach Siegfried Mazet est lui aussi resté surpris par la contre-performance de son biathlète.

“C’était mauvais et je ne comprends pas pourquoi. Il n’y avait pas de vent”

Un temps d’adaptation de sa nouvelle carabine ?

Si Johannes Boe a décidé de relooker sa carabine, ce n’est pas le seul changement apporté durant l’intersaison.

Le Norvégien a fait le choix de la raccourcir de 2 centimètres au niveau de la crosse. Une modification qui n’a pas porté ses fruits ce lundi. Mais il espère en tirer profit durant l’hiver quand les conditions seront plus venteuses.

J’ai une théorie selon laquelle si la poignée et la crosse sont raccourcies à l’arrière, alors la carabine sera plus proche et plus stable lors du tir debout“, a-t-il déclaré pour VG.

Un changement validé par son entraîneur de tir.

“Une arme plus courte peut être meilleure en cas de vent. En même temps, je pense que c’est judicieux parce que Johannes a été opéré et ses épaules ont une forme spéciale.”

“En tir couché, il a rarement eu de bonnes sensations. Il a toujours eu du mal à rendre son mouvement naturel et à faire reposer l’arme fermement sur son épaule. Lorsque vous ne pouvez pas placer votre crosse où vous le souhaitez, cela devient un problème.”

Johannes Boe a encore quelques jours devant lui pour se rassurer et s’adapter à son nouvel outil. En début de semaine prochaine, il prendra part à de nouvelles courses en interne sur le site de Sjusjoen.

Crédit photo : IBU

Commenter