fbpx
Divers

Arnd Peiffer souhaite des sanctions plus lourdes

Arnd Peiffer s’est exprimé sur les sanctions liées au dopage dans le biathlon. Le biathlète allemand souhaite que la prise d’EPO soit plus lourdement sanctionnée par les autorités.

Une relève à prendre après la retraite de Fourcade et Koukolova.

Le dopage est une pratique qui fait des ravages dans le monde du sport. Et le biathlon ne fait pas exception à cela. Les dernières affaires, notamment autour des biathlètes russes, sont là pour le rappeler. Plusieurs personnalités du monde du biathlon ont pris la parole ces derniers temps pour s’insurger contre ce fléau. Bien sûr, Martin Fourcade est l’un des plus grands porte-drapeaux de cette lutte aux côtés de Gabriela Koukalova.

Retraités, le Français et la Tchèque ont laissé un vide derrière eux qui a vite été repris par Johannes Boe qui déclarait en septembre dernier : “Je sens que cette responsabilité devient de plus en plus naturelle pour moi à mesure que je vieillis et que je représente de plus en plus mon sport, donc j’ai vraiment hâte de pouvoir dire les choses que je ressens à l’avenir, plus que je ne l’aurais fait auparavant.

Arnd Peiffer souhaite des punitions plus sévères.

Après le double vainqueur norvégien du gros globe, c’est l’Allemand Arnd Peiffer qui a décidé de s’exprimer à son tour sur la lutte antidopage et notamment les sanctions, qu’il n’estime pas assez sévères. Il s’est confié au média allemand Sport 1, notamment sur la prise d’EPO :

S’il peut être prouvé que l’athlète a pris l’EPO de son plein gré, je trouve une interdiction de quatre ans appropriée.

Arnd Peiffer, Sport1.de
Peiffer Voigt
© Kevin Voigt

Le vainqueur de la mass start d’Hochfilzen en décembre dernier souligne que si cette prise d’EPO résulte d’une obligation de son staff, il doit être sanctionné de seulement deux ans (sanction actuelle). “L’athlète est alors une victime et il serait également puni davantage. Je pense que c’est une erreur. D’autant plus qu’un biathlète qui est interdit pendant quatre ans de compétitions, quittera probablement le biathlon“, précise le quintuple champion du Monde.

Une lueur d’espoir pour le biathlète allemand.

Des sanctions différenciées donc, mais aussi une volonté pour Peiffer de voir les contrôles antidopages s’intensifier. L’Allemand a constaté que les choses s’amélioraient de ce côté-là : “Avant, j’étais principalement contrôlé par la NADA nationale (l’agence antidopage allemande) mais aujourd’hui, les agents de contrôle antidopage de l’IBU m’appellent beaucoup plus souvent. Je pense que c’est la même chose avec les autres nations.

Espérons donc que les dires du biathlète allemand soient vrais et que les contrôles plus nombreux dissuaderont les fraudeurs de continuer dans cette voie là.

Crédit photo : Kevin Voigt

Commenter