fbpx
Divers

Arnd Peiffer : “Nous devrons nous adapter”

Dans une interview pour idowa, Arnd Peiffer s’est exprimé sur la situation sanitaire actuelle et s’inquiète pour les jeunes biathlètes.

Pour lui les matchs de foot du championnat allemand sans public sont absolument justifiés en cette période sanitaire.

Ils peuvent s’estimer heureux de pouvoir jouer leur saison comme ça. En ce moment, je pense qu’il est difficile de justifier le remplissage d’un stade ou même de laisser entrer 2000 personnes.

On ne peut pas interdire à des groupes de dix sportifs en très bonne condition physique de s’entraîner et autoriser 2000 personnes dans un stade. Même si de voir un stade vide est bien sûr dommage, je pense que nous sommes tous d’accord sur ce point.

Bien conscient de l’importance du public le long des pistes, le biathlète d’Outre-Rhin préfère néanmoins courir devant des tribunes vides.

Cet hiver nous devrons nous adapter à la situation sanitaire. Si j’ai le choix de ne pas faire de courses du tout ou juste sans spectateurs, alors bien sûr je choisirai les courses sans public. Parce qu’au moins, je peux alors faire mon travail.

Inquiet pour la future génération

Arnd Peiffer est très préoccupé par la jeune génération qui se retrouve privée d’une partie, voire de la quasi-totalité de leur saison.

Il faut se préoccuper de l’avenir. Ce sont les jeunes biathlètes qui souffrent le plus aujourd’hui. Je pense que nous ressentirons cet effet dans quelques années, lorsque la jeunesse aura pris notre place.

En IBU Cup ils n’auront pas de courses avant Noël. Pourtant ce sont les courses internationales qui maintiennent votre niveau de motivation élevé.

Verra-t-on Arnd Peiffer à Pékin en 2022 ?

Le champion olympique du sprint à PyeongChang laisse planer le doute sur une participation aux Jeux de 2022.

Pour moi, ce n’est pas une question intéressante. Je n’ai jamais lié mon plan de carrière à un lieu ou à un événement particulier“, a déclaré le biathlète pour Eurosport.

Pour Arnd Peiffer les Jeux n’ont plus la même saveur. “Je suis un peu désabusé, les Jeux olympiques ne sont plus conçus pour les athlètes, mais pour les spectateurs. Il s’agit d’un événement énorme et démesuré qui est commercialisé.

Crédit photo : Steffen Prößdorf

Commenter