fbpx
Coupe du Monde

Oberhof | Julia Simon comme une reine

En embuscade tout au long de la mass start, Julia Simon a réalisé un dernier tir parfait et un ultime tour plein de maîtrise pour s’imposer. Franziska Preuss et Hanna Oeberg complètent le podium.

Une dernière partie de course parfaite

Alors que tous les yeux étaient rivés vers Dorothea Wierer (15/15), arrivée avec une vingtaine de secondes d’avance sur Hanna Oeberg sur le dernier tir debout, la différence s’est faite un peu plus haut sur le pas de tir… pour le plus grand bonheur de l’Équipe de France.

Arrivée en onzième position à une cinquantaine de secondes de la tête, Julia Simon réussissait un 5/5 éclair et profitait des fautes de ses concurrentes (deux fautes pour Wierer) pour s’échapper vers la victoire. Problème, elle emmenait sur son porte-bagage l’allemande Franziska Preuss, un tour de pénalité de moins dans les jambes.

Mais la Savoyarde était bien décidée à remporter la première mass start de sa carrière. Légèrement décrochée par l’Allemande au milieu du dernier tour, elle gérait son effort pour revenir sur sa rivale et même la dépasser pour s’offrir une dernière ligne droite plus tranquille et lever les bras (17/20) avec 1.3 seconde d’avance sur Preuss (18/20).

© Kevin Voigt
Eckhoff et Roeiseland se neutralisent

Derrière, pas moins de cinq filles se sont disputées la troisième place et à ce petit jeu c’est Hanna Oeberg qui l’a emporté (+ 11.7 sec à 17/20). La Suédoise a fait parler la poudre dans le dernier tour pour monter sur la boite. En forme et encore bien placée après le dernier tir, Lisa Theresa Hauser a perdu tout espoir de podium à cause d’une chute sur l’ultime tour.

Au final, Oeberg devance Ingrid Tandrevold (4ème +13 sec. à 18/20), Mona Brorsson (5ème +14.9 sec. à 19/20) et la malheureuse Dorothea Wierer (6ème +28.8 sec. à 18/20) qui se consolera avec une cérémonie des fleurs à défaut d’une victoire.

Et le duo infernal norvégien dans tout ça ? Avec un 16/20 chacune, Marte Olsbu Roeiseland (7ème +30.3 sec.) et Tiril Eckhoff (8ème +32.1 sec.) ont commis trop de fautes derrière la carabine pour jouer les premier rôles. Un moindre mal pour Eckhoff, auteure de trois fautes sur le premier debout et qui limite bien la casse en conservant seulement 19 points de retard au général sur sa compatriote norvégienne.

© Kevin Voigt
Top 10 pour Justine Braisaz-Bouchet, l’enfer pour Anaïs Chevalier-Bouchet

Si le sourire était bien présent sur les visages du staff français avec la victoire Julia Simon, ce n’était pas vraiment le cas des autres biathlètes tricolores. Justine Braisaz-Bouchet commettait une faute de trop sur le dernier tir pour jouer le podium et devait se contenter d’une neuvième place (16/20 à 32.6 secondes) sur la ligne d’arrivée.

Plus loin dans le classement, on retrouve Anaïs Bescond, 22ème avec un 16/20 également (+ 1.35.9 min.). Le cauchemar du jour est à mettre à l’actif d’Anaïs Chevalier-Bouchet. Déjà auteure de deux fautes sur le premier couché, la jeune maman réalisait 0/5 sur le deuxième tir, la faute à un déréglément de sa carabine. Courageuse, l’Iséroise terminera tout de même sa course à une anecdotique trentième place (10/20 à +6.02.8 min.).

Prochaine course pour ces dames, le jeudi 21 janvier prochain à Antholz pour un format individuel.

Résultats complets de la mass start dames :
C73E_v1

Crédit photo : Kevin Voigt

1 Commentaire

Commenter