fbpx
Coupe du Monde

Le Grand Bornand – Les raisons d’un changement

C.Hudry - Le Grand-Bornand Tourisme

Après le retrait de l’étape du Grand Bornand au calendrier, le président de l’IBU a justifié cette modification sur le site de l’IBU. On vous donne également quelques pistes…

Le secrétaire général de l’IBU, Niklas Carlsson, se dit content que l’IBU réussisse à maintenir l’organisation des quatre premières étapes de la saison.

“Nous sommes heureux de pouvoir offrir quatre épreuves de Coupe du Monde à nos biathlètes et aux supporters cette année. Nous sommes bien sûr déçus de ne pas pouvoir nous rendre sur chacun des quatre sites que nous avions prévu. C’était un choix difficile et nous remercions les organisateurs pour leur compréhension et leur coopération. Le plan sur lequel nous nous sommes mis d’accord nous permet d’organiser quatre épreuves de Coupe du Monde tout en réduisant les risques sanitaires et logistiques liés aux déplacements et aux changements de sites.”

Retrouvez le nouveau calendrier ici !

Priorité à la santé générale

Le président de l’IBU, Olle Dahlin, a justifié les décisions prises par le choix de donner la priorité à l’état de santé de la caravane de la Coupe du Monde.

“Le biathlon, comme tous les sports, est confronté à des défis que nous n’avons jamais rencontrés auparavant. Bien que décevant, nous devons accepter que des changements à nos plans initiaux soient absolument nécessaires. Mais en travaillant ensemble avec tous les acteurs du biathlon, nous avons pu trouver des solutions. Des solutions qui donnent la priorité à la santé de notre famille de biathlon et qui, en même temps, maximisent le nombre d’événements qui peuvent avoir lieu. Nous pensons que le plan que nous avons élaboré nous a permis d’atteindre cet objectif. Nous avons conservé le même nombre d’épreuves pour le premier trimestre. Nos biathlètes et nos supporters ont beaucoup à espérer.”

“Nous continuerons à suivre les conseils d’experts médicaux et à mettre en place des mesures de sécurité soigneusement étudiées lors de tous nos événements. Nous restons flexibles aux changements mais nous attendons avec impatience le début de la nouvelle saison.”

Pourquoi l’IBU a privilégié Hochfilzen au Grand Bornand ?

Annulée mais remplacée

Si l’étape française n’est pas maintenue, elle est tout de même remplacée par un site qui offre beaucoup plus de garanties. Pour rappel, la France est en zone rouge vis-à-vis de beaucoup de pays. L’IBU privilégie la santé de toute la caravane du biathlon, sans doute réticente à l’idée de venir dans l’Hexagone.

Le poids d’une étape historique

Hochfilzen est un site historique du circuit qui apporte des garanties sur le savoir, la logistique et les infrastructures. Un site ancré dans la culture du biathlon tandis que l’étape d’Annecy-Le Grand Bornand est encore toute récente et possède un stade éphémère ! Après chaque fin de week-end de compétition le stade est entièrement démonté, des tribunes au pas de tir.

L’impact financier

La volonté de l’IBU était de réduire au maximum les déplacements en effectuant les quatre premières étapes sur deux sites. Organiser deux étapes consécutives avec très peu, voir aucun spectateur, était très certainement un gouffre financier pour le site du Grand Bornand. Le comité d’organisation de l’étape française était donc dans l’incapacité d’organiser deux week-ends de compétition de suite, au contraire d’Hochfilzen qui est en plus autorisée à accueillir des spectateurs (3000 par journée).

Les conditions climatiques

Enfin en ce qui concerne la neige nous l’avons vu l’an dernier, le site haut-savoyard manquait cruellement d’or blanc. En fin de week-end, les biathlètes évoluaient dans une neige très mélangée et sous des trombes d’eau. Des conditions de course catastrophiques, au contraire d’Hochfilzen qui garantie le plus souvent de très bonnes conditions. Pour rappel en 2011, l’étape du Grand Bornand avait été annulée par manque de neige.

L’IBU au soutien des organisations

L’IBU a également décidé de garantir un soutien financier à tous les organisateurs. Que ce soit ceux qui organisent des épreuves supplémentaires que ceux qui voient leur étape annulée. Toute décision concernant le nombre de spectateurs autorisés dépendra de la réglementation des autorités sanitaires nationales.

Crédit photo : C.Hudry – Le Grand-Bornand Tourisme

Commenter