Coupe du Monde

Kontiolahti – Éric Perrot : « J’ai fait le maximum »

Pour sa grande première en tant que premier relayeur, Éric Perrot n’a pas tremblé. Solide, Le jeune tricolore a lancé son coéquipier Fabien Claude en tête de course.

Costaud Éric Perrot

Pour la première fois en trois relais sur la Coupe du Monde, Éric Perrot avait l’honneur, et la lourde tâche, de lancer le relais français ce jeudi en fin de matinée. Un rôle important, qui a tout, sauf perturbé le natif de Bourg-Saint Maurice. En confrontation face à Vetle Sjaastad Christiansen notamment, le Français a été parfait.

© Manzoni/NordicFocus

Solide sur le skis, il l’a été tout autant derrière la carabine. Impeccable sur le tir couché, il a laissé tous ses rivaux sur place au tir debout avec cinq balles lâchées en moins de 20 secondes. Ressorti du pas de tir avec 14.5 secondes d’avance, seul le Norvégien reviendra dans ses skis dans le dernier tour. Une magnifique prestation de sa part lui permettant de lancer Fabien Claude en tête de course accompagné de Sturla Holm Laegreid.

Finalement troisième avec ses partenaires, Éric Perrot était évidemment satisfait de son passage…

« C’est un peu de pression de démarrer le relais de l’équipe de France, a admis Éric Perrot au micro de la chaîne l’Équipe. Donc, pour évacuer ça, je me suis dit que j’allais engager et rentrer dedans. Il y avait des bons coureurs à côté, comme Vetle (Vetle Sjaastad Christiansen, NDLR) et il faut leur rentrer dedans parce que ce sont des costauds. J’ai joué mon stress à travers mon engagement, tout en faisant du bon boulot et ça fait du bien quand ça paie.« 

© Manzoni/NordicFocus

« Je suis reparti (dans la dernière boucle, NDLR) c’était un petit peu dur. C’est vrai qu’après le 20 bornes (l’individuel de mardi, NDLR) j’étais un petit peu mou sur les skis. Donc, j’ai tout donné pour passer le relais en tête et Vetle m’a finalement rattrapé, mais ça fait partie du jeu. J’ai fait le maximum.« 

Crédit photo : Manzoni/NordicFocus