fbpx
Coupe du Monde

Chloé Chevalier : en quête d’équilibre

Chloé Chevalier vient de boucler sa première saison complète en Coupe du Monde. Plus à son aise sur les skis, l’Iséroise a perdu en efficacité derrière sa carabine.

Plus rapide… mais moins précise

Après des dernières saisons où elle faisait régulièrement l’ascenseur entre la Coupe du Monde et l’IBU Cup, Chloé Chevalier a bouclé pour la toute première fois un hiver complet sur le circuit A. Après l’arrêt de carrière de Célia Aymonier et le retour de sa grande sœur sur la scène internationale, l’Iséroise de 25 ans est devenue le cinquième élément fort des Bleues. Une place de titulaire tout au long de la saison qu’elle doit à une nette progression en piste.

Quarante-cinquième temps de ski en moyenne l’hiver précédent, Chloé Chevalier a gagné dix-neuf places sur l’exercice 2020-2021. Un cap de franchi physiquement qui lui a tout de suite permis de décrocher de belles performances. Dès le premier week-end à Kontiolahti, elle égalait sa meilleure performance en carrière (8e sur le sprint). La semaine suivante, toujours en Finlande, elle terminait deuxième du relais féminin avec ses copines, tenant tête à Elvira Oeberg. Un début d’hiver prometteur qu’elle aura tout de même du mal à faire perdurer dans le temps.

Crédit photo : Kevin Voigt

Alors que ces dernières années, le tir était connu pour être son point fort, Chloé Chevalier va devenir très irrégulière sur le pas de tir. 88% de réussite sur le tir debout sur la saison 2019-2020, elle va perdre près de 14% en l’espace d’un an. Une fragilité derrière sa carabine qui va quelques fois la faire passer complètement à côté de son sujet (97e du premier sprint d’Hochfilzen avec six erreurs par exemple). Des hauts et des bas, à l’image de l’équipe féminine, qui ne vont pas l’écarter d’une première sélection aux Championnats du Monde.

Remplaçante sur les courses individuelles, elle sera sélectionnée pour le relais féminin terminé à une frustrante 8e place. Elle terminera son hiver avec une bonne 12e place sur le sprint d’Ostersund, suivie le lendemain d’une 29e place sur la poursuite. Elle boucle sa première saison complète en Coupe du Monde au 40e rang mondial avec cinq tops 20 (quatre de plus par rapport à la saison précédente).

Sa course de la saison

Retenue à plusieurs reprises dans les relais féminins cet hiver, Chloé Chevalier est montée deux fois sur le podium. À Nove Mesto début mars, mais aussi à Kontiolahti comme dit précédemment. C’est d’ailleurs sur cette course en Finlande que notre choix s’est arrêté. Placée en troisième relayeuse, sa grande sœur Anaïs Chevalier-Bouchet lui passait le relais en tête. Partie avec 9 secondes d’avances sur Elvira Oeberg, elle fera quasiment jeu égal en piste face à la Suédoise, en très grande forme en début d’hiver. Deux pioches à son debout, Chloé Chevalier lançait Justine Braisaz-Bouchet à 11 secondes de la Suède. Suffisant pour sécuriser le premier podium collectif de l’équipe de France (2e). Un relais qui a démontré les progrès qu’a fait l’Iséroise sur le plan physique.

Crédit photo : Kevin Voigt
Chloé Chevalier en chiffres :
Courses individuelles
Top 10
Top 20
Temps de ski moyen
% Tir couché
% Tir debout
18
1
5
26e
83%
73,3%
Première olympique pour Chloé Chevalier ?

Qu’attendre de Chloé Chevalier la saison prochaine ? On espère tout d’abord que la Française pourra concilier ses progrès en ski avec le tir qu’elle pouvait avoir ces dernières années. On pourrait dans ce cas la retrouver plus régulièrement en haut du classement, avec pour récompense, une première sélection pour les Jeux Olympiques en février.

Crédit photo : Kevin Voigt