fbpx
Jeux Olympiques

Johannes Boe : “Ça peut nous donner un avantage aux JO”

Alors qu’aucune nation n’a pu prendre de repères sur la piste des Jeux de Pékin l’hiver dernier, les frères Boe pensent que cette situation peut tourner à l’avantage de la Norvège.

Rendez-vous en terre inconnue

L’ensemble des nations débarqueront dans l’inconnu en février prochain. Les Jeux Olympiques se déroulant à Pékin, les biathlètes devaient découvrir le tracé chinois lors de l’étape pré-olympique, programmée l’hiver dernier. Problème, à cause de la crise sanitaire, il avait finalement été décidé d’annuler le voyage jusqu’en Asie.

Sans repères, les athlètes tenteront tout de même de décrocher le plus beau des métaux. C’est le cas notamment des Norvégiens qui ont réussi à recueillir quelques données…

“Nous avons eu accès au film d’une motoneige qui circule et filme le profil de la piste et elle se trompe de direction tout le temps”, s’est exprimé Johannes Boe à TV2. Son frère Tarjei Boe poursuit : “Oui, il y a eu beaucoup de montage dans ce film pour qu’il soit correct. C’est ce que nous avons vu des pistes. Et puis nous avons un profil de piste via GPS. On manque donc probablement de beaucoup d’infos, mais l’avantage c’est que c’est la même chose pour tout le monde.”

Crédit photo : Kevin Voigt

Un manque d’informations général que les Norvégiens pourraient prendre à leur avantage, surtout au niveau du fartage, comme l’expliquent les frères Boe

“Quand c’est la même chose pour tout le monde, je pense que la Norvège est la meilleure nation pour s’adapter à la situation. Nous essayons de tourner ça à notre avantage, et je pense que notre équipe de fartage est la plus performante lorsque personne n’a pu tester l’année précédente”, a confié Tarjei Boe avant que le triple vainqueur du général de la Coupe du Monde enchaîne : “Le fartage sera le facteur le plus important pour être en mesure de gagner. Et l’adaptabilité de notre équipe de technicien, je pense que cela peut nous donner un avantage aux Jeux Olympiques.”

Les Norvégiens sont d’ailleurs en train de se préparer en vue des Jeux Olympiques de Pékin. Depuis quelques jours, ils sont installés au Col de Lavazè pour un nouveau rassemblement en altitude.

Crédit photo : Kevin Voigt