fbpx
IBU Cup

Bilan – Dans les skis… des Français en IBU Cup

Émilien Claude & Martin Perrillat Bottonet IBU

Menée par les générations 97 et 99, l’équipe de France a vu certains de ses biathlètes sous leur meilleur jour. En revanche cela fut plus compliqué pour d’autres. Bilan !

Martin Perrillat Bottonet (4ème ; 599 points)

À 22 ans le Haut-Savoyard a pris part cet hiver à sa deuxième saison en IBU Cup. Dix-huitième du précédent exercice, Martin Perrillat Bottonet pouvait ambitionner une progression au général en somme, et c’est ce qu’il a très bien fait.

Après une entrée en matière compliquée à Sjusjoen avec six erreurs sur le sprint inaugural, le tricolore redressera toutefois la barre très rapidement. Le natif d’Annecy s’offre son premier podium de la saison en Italie grâce à une troisième place sur le super sprint de Ridnaun.

Sa deuxième “boîte” de l’hiver, mais surtout sa meilleure course de la saison, se produit une fois de plus en Italie, mais sur un site différent. Avec une erreur au tir, Martin Perrillat Bottonet termine alors deuxième du sprint de Martell pour moins d’une seconde derrière le très fort norvégien Endre Stroemhseim, avec lui aussi une balle hors-cible.

Martin Perrillat Bottonet IBU

Ses performances aux championnats d’Europe sont en revanche un poil en dessous. Non qualifié pour la finale du super sprint, puis dix-huitième sur le sprint et enfin vingt-deuxième de la poursuite, Martin Perrillat Bottonet signe son meilleur résultat sur relais mixte avec une sixième place.

En somme, un hiver très satisfaisant pour le biathlète de la Clusaz. À ce sujet le Haut-Savoyard termine l’hiver à 88% de réussite derrière la carabine et avec des temps de ski très intéressants pour son âge. Ainsi il clôt l’exercice avec 302 points de plus que l’hiver précédent, preuve de résultats en nette amélioration. Profitera-t-il du départ à la retraite de son homonyme Fourcade pour faire sa première apparition en Coupe du Monde ? C’est en tout cas tout ce que nous lui souhaitons.

Émilien Claude (15ème ; 346 points)

Pour sa première saison pleine sur le circuit IBU Cup, Émilien Claude s’est montré performant sur la longueur. Semble-t-il pas habitué à un tel niveau, le natif d’Épinal a cependant peiné à rentrer dans sa saison.

En arrivant aux mondiaux juniors de Lenzerheide, Émilien Claude a à cet instant de l’hiver comme meilleur résultat une quinzième place sur le sprint d’ouverture de Sjusjoen. Douzième du sprint puis dix-huitième de la poursuite, le Vosgien quitte la Suisse sans médaille ni top 10.

Sa première grande performance au second échelon mondial arrive quelques temps après et à point nommé. Onzième des qualifications du super sprint, Émilien Claude s’arrache sur la finale dans le but de décrocher une très belle quatrième place. Ce résultat sera le déclic pour le cadet des “Claude3Brothers” en cette deuxième partie de saison.

Son meilleur résultat de l’hiver, il le réalise à peine huit jours plus tard, toujours sur le site de Minsk. Impérial au tir avec son 10/10, Émilien Claude monte pour la première fois de sa jeune carrière sur le podium. Troisième il est accompagné de son coéquipier Martin Perrillat Bottonet lors de la cérémonie des fleurs, cinquième. Sur la boîte le jeune tricolore se fera une place à côté de l’expérimenté Birkeland et de Bakken l’homme en forme du week-end.

Crédit photo : foto_deubert

Émilien Claude termine sa saison aux championnats d’Europe juniors avec deux fois la médaille en chocolat. Il pourra cependant nourrir quelques regrets. Avec une erreur de moins sur chacune des deux courses la médaille était assurée.

À 20 ans et après un hiver très formateur dans les résultats, Émilien Claude a désormais toutes les cartes en main pour réussir. Toutefois si l’on devait voir un petit bémol cela serait sa réussite au tir. Tournant à “seulement” 80% de réussite, le cadet des frères Claude devra continuer son apprentissage dans cet exercice pour la saison prochaine. Avec entre autres Simon Fourcade comme coach et avec les conseils de ses deux grands frères, eux aussi d’excellents biathlètes, Émilien Claude ne peut que s’améliorer l’hiver prochain et viser encore plus haut.

Aristide Bègue (38ème ; 173 points)

Quelle semble loin l’époque où Ari jouait des coudes pour une place en Coupe du Monde sans parler de sa troisième place du général de l’IBU Cup ! Et pourtant ce n’était qu’il y a une saison. Que s’est-il passé entre temps ? Dix courses en IBU Cup dont une deuxième place en relais mixte simple avec Lou Jeanmonnot et puis c’est tout.

Crédit photo : Bjoern Reichert

Après le départ à la retraite de sa sœur cadette certains spéculent de ce fait sur une future déclaration du supporter de l’USAP dans le même sens. Mais qu’en est-il vraiment dans la tête d’Aristide Bègue ? Lui seul le sait. Quoi qu’il en soit nous espérons pour lui qu’il prendra la meilleure décision pour son avenir et lui souhaitons tout le meilleur.

Hugo Rivail (59ème ; 109 points)

Le deuxième hiver en IBU Cup d’Hugo Rivail a été quelque peu difficile. Après une vingtième place au général de l’exercice précédent, cette saison ne lui a néanmoins pas autant souri. Cinquante-neuvième avec plus de la moitié moins de point, le biathlète du club des Menuires a tapé dans le dur toute la saison et a par la suite mis un terme prématuré à celle-ci. Un rebond de sa part est attendu l’hiver prochain.

Martin Bourgeois République (73ème ; 85 points)

Tout comme Émilien Claude, Martin Bourgeois République est également de la génération 99. Après avoir connu des résultats probants sur le circuit Junior Cup la saison précédente, le Jurassien bloque un peu et on ressent un besoin de plus de temps que son coéquipier pour s’adapter au niveau de l’IBU Cup. À noter tout de même la belle progression au niveau comptable, passant de trente-et-un points à quatre-vingt-cinq. L’expérience de cette saison lui sera forte utile pour la prochaine.

Sébastien Mahon (132ème ; 18 points)

Troisième de la génération 99, Sébastien Mahon a fait l’ascenseur tout l’hiver entre le circuit Junior Cup et IBU Cup. Opéré début septembre du syndrome des loges, le natif de Pontarlier est finalement sélectionné en IBU Cup après de bons résultats au Summer Tour à Arçon. Au total il aura tout de même participé à huit courses cette saison en IBU Cup dont trois aux championnats d’Europe et aura récolté dix-huit points. L’objectif sera sans doute de s’imposer de façon permanente sur le circuit IBU Cup la saison prochaine.

Morgan Lamure (147ème ; 10 points)

Dernier représentant tricolore à avoir récolté des points en IBU Cup, Morgan Lamure semble ne pas avoir eu le déclic. Ainsi ce sont cinq courses pour dix petits points. En conséquence à 22 ans le natif de Chambéry va devoir batailler encore plus que ses collègues pour s’imposer.

Les autres tricolores

Trois autres jeunes Français ont montré le bout de leur nez en IBU Cup. Ambroise MeunierPierre Monney et Oscar Lombardot étaient tous les trois au départ de leurs toutes premières courses IBU Cup.

À noter que nous ne ferons pas de bilan des courses réalisées par Antonin Guigonnat et Fabien Claude. N’étant pas titulaires aux mondiaux ils étaient de passage en IBU Cup en partie pour ne pas perdre le rythme.

Crédit photo : IBU

Auteur

Aymeric

Aymeric

Rédacteur Biathlon Live

Commenter