fbpx
Divers

Magdalena Wierer : “Pas facile d’être comparée à Dorothea”

Jeune retraitée sportive depuis quelques jours, Magdalena Wierer est revenue sur les raisons qui l’ont poussée à arrêter. L’Italienne a eu du mal à vivre les comparaisons incessantes avec sa grande sœur.

Une santé fragile…

C’était il y a deux semaines du côté d’Antholz. À la suite d’un sprint comptant pour les Championnats d’Italie, Magdalena Wierer annonçait ranger définitivement les skis et la carabine. Une retraite sportive anticipée pour la biathlète junior qui fêtera seulement ses 20 ans demain.

Ne comptant aucune course internationale au compteur, Magdalena Wierer envisageait déjà d’arrêter l’hiver dernier. Souvent gênée par des problèmes de santé, la jeune italienne n’a pas réussi à tenir la cadence en ratant beaucoup d’entraînements…

“J’ai été souvent malade ces dernières années. En première année de lycée, j’ai eu la mononucléose, dont j’ai gardé les séquelles pendant trois ans. J’ai raté beaucoup de séances d’entraînement. À un moment donné, j’ai réalisé que j’étais trop loin du niveau des autres”, s’est-elle confiée à Sportnews.

Magdalena Wierer – Crédit photo : Kevin Voigt
… et l’héritage familial

Des problèmes de santé, mais également un nom difficile à porter. Magdalena, la benjamine de la sororie Wierer, est la sœur de la plus grande biathlète italienne de tous les temps. De onze ans son aînée, Dorothea Wierer a évidemment été un exemple pour elle ces dernières années. Mais Magdalena Wierer n’a pu échapper aux comparaisons incessantes avec sa grande sœur qui lui ont énormément pesé durant toute sa jeunesse…

“Doro est mon idole depuis que je suis toute petite. Je suis allée à l’école à Malles Venosta et, à cette époque, j’avais l’impression d’être toujours comparée à elle. Cela n’était pas facile, car je ressentais la pression de devoir faire mes preuves encore et encore, et cela ne me faisait pas du tout plaisir. J’ai donc essayé de faire mon biathlon sans avoir à courir après la comparaison avec elle, car elle fait un travail exceptionnel en fonction de ses capacités. J’ai eu un parcours dans le biathlon totalement différent. J’ai aussi essayé de m’amuser dans mon sport et cela m’a permis de me sentir mieux”, a-t-elle avoué au micro de Biathlon Azzurro.

Sa carrière de biathlète derrière elle à présent, Magdalena Wierer poursuit ses études et travaille actuellement dans le restaurant de ses parents à Bruneck, dans le Sud-Tyrol. Elle aimerait aussi se tourner vers une autre discipline hivernale, très proche du biathlon, le ski de fond.