fbpx
Coupe du Monde

Ruhpolding – Le bilan : Martin Fourcade et Tiril Eckhoff sans partage, les bleus sur un nuage

Le duo franco norvégien a remporté toutes les courses de la semaine allemande et s’envole au classement général de la Coupe du Monde. Alors que les bleus n’en finissent plus d’étonner, les allemands n’auront pas vraiment fait la fête à domicile. C’est l’heure du bilan.

Un bulldozer nommé Martin Fourcade.

Le plein de points, le plein face aux cibles, Martin Fourcade n’aura laissé que des miettes à ses adversaires à Ruhpolding. Un 40/40 hallucinant derrière la carabine sur trois courses qu’il aura maîtrisé avec une sérénité qui rappelle ses plus belles années. En jambe sur les skis, le catalan semble avoir repris une confiance totale en lui et reste sur quatre victoires consécutives individuelles. Faut-il redouter le possible retour de Johannes Boe dès Pokjluka la semaine prochaine ? Au contraire, si les deux athlètes conservent leur niveau actuel, on peut s’attendre à un duel titanesque dans les semaines à venir…

“Je suis content de tripler la mise Tiril!” © AFP

Un retour prévu ou nécessaire ? Le rouquin d’Oslo avait envisagé récemment de ne revenir que pour les Championnats du monde d’Antholz en février et pourtant il pourrait être présent dès cette semaine en Slovénie. Jeune papa, le norvégien souhaiterait donc remettre la machine en route plus tôt que prévu mais peut-être aussi ramener sur terre son rival français qui a sérieusement pris une option sur le général de la Coupe du Monde. Redescendu 7ème du classement avec 134 points de retard sur Martin Fourcade (73 unités en prenant en compte le retrait des deux moins bons résultats), la cadet des frères Boe devra impérativement marquer des gros points dès son retour s’il ne veut pas voir le français s’échapper définitivement.

Les bleus sont inarrêtables.

La vague bleue a déferlé sur la “Mecque du biathlon” pendant 5 jours. Évidemment le triplé de Martin Fourcade y a grandement contribué, mais pas que. En effet, aucun garçon de l’équipe de France, soit 6 biathlètes, n’a quitté le top 15 sur les trois épreuves de la semaine. Quentin Fillon Maillet a terminé deux fois deuxième en individuel derrière l’ogre catalan et bien sur le chef d’oeuvre collectif du relais remporté, après trois ans de disette, n’a fait qu’accentuer cette impression de domination totale tricolore. Si vous ajoutez à cela un Antonin Guigonnat qui semble retrouver ses sensations et bien sûr un trio Martin Fourcade, Quentin Fillon Maillet et Simon Desthieux au trois premières du classement général, l’avenir s’annonce radieux pour les bleus.

” Il y avait d’autres équipes sur ce relais ?” © IBU

Du côté des françaises, c’est un peu plus compliqué. Les différentes épreuves ont montré les problèmes de régularité que les bleues peuvent rencontrer de puis le début de la saison. Le meilleur, c’est cette belle deuxième place en relais où la force collective a permis de dépasser des défaillances entrevues sur les épreuves individuelles. Justine Braisaz et Anaïs Bescond sont passées à travers lors du sprint quand Célia Aymonier et Caroline Colombo ne se sont même pas qualifiées pour la poursuite. Une course où Julia Simon n’a pas pu confirmer sa belle septième place du sprint (23ème au final). La forme sur les skis est bonne mais le tir trop défaillant par rapport à une concurrence internationale beaucoup plus régulière. Les sommets du général s’éloignent pour les deux “Juju“.

Duel Eckhoff/Wierer : avantage Norvège.

Un sommet que tutoie Tiril Eckhoff depuis quelques semaines et qu’elle a transformé en jaune à Ruhpolding. Handicapée par un débours de points à Ostersund en début de saison, la norvégienne a réalisé en Allemagne son deuxième triplé, après celui du Grand Bornand en décembre, pour faire le plein au général. Toujours aussi bondissante sur les skis, elle a confirmé une nouvelle fois ses progrès fulgurants au tir (37/40 sur les trois courses). A l’image de son homologue masculin Martin Fourcade, elle a laissé une impression de confiance et de domination totale sur ses adversaires avec comme cerise sur le gâteau, la prise en main du dossard jaune de leader.

“A qui le dis-tu Martin ?!” © IBU

Et cela au dépend de Dorothea Wierer. La petite italienne voyait depuis quelques temps son avance au général sur la norvégienne fondre comme neige au soleil et malgré une troisième place sur le sprint, elle a du céder son bien à sa rivale. Pire, après une poursuite catastrophique terminée en 20ème position avec un 15/20, elle voit Eckhoff s’envoler pour le général et vu la dynamique de confiance des deux athlètes, l’inquiétude peut être de mise pour “Doro“. Mais attention, la tenante du titre du gros globe a déjà prouvé à maintes reprises qu’elle avait de la ressource.

Des performances à retenir, une Allemagne en souffrance à domicile.

Cette semaine allemande aura également eu son lot de bonnes surprises. On notera notamment les très belles performances de la biélorusse Hanna Sola, quatrième du sprint. Même rang final pour la suédoise Johanna Skottheim, mais sur la poursuite cette fois-ci. Les deux biathlètes réalisent la meilleure performance de leur carrière. L’effet Domracheva/Bjoerndalen ? En tout cas quelle surprise de voir le relais chinois masculin passé en deuxième position à 11,8 secondes des français lors du premier échange. Rentrés dans le rang par la suite (18ème au final), les biathlètes de l’Empire du milieu ont pris rendez-vous pour le futur et notamment les Jeux Olympiques de Pékin en 2022.

“Une place de disponible pour le relais des mondiaux ?” © IBU

Une perspective que les biathlètes allemands regardent avec anxiété. Décevants depuis le début de l’hiver, ils ont remis ça dans la “Mecque du biathlon” avec comme seule performance notable, la troisième place de Benedikt Doll sur le sprint messieurs. Absente des podiums sur les autres courses et notamment sur les relais, la “Manschaft” se cherche encore et toujours à quelques jours des Championnats du Monde d’Antholz. Conséquences ? Après la mise à l’écart d’Erik Lesser du groupe élite pour cette semaine allemande, c’est maintenant Simon Schempp, physiquement au plus mal, qui quitte le groupe allemand et qui sera absent lors des mondiaux.

La déclaration du week-end.

« Je sens que compte tenu de ma forme là avec l’avance que j’ai aujourd’hui, ce n’est plus Johannes Boe qui décide.”

Martin Fourcade, prêt à en découdre avec son rival norvégien, au micro de la Chaîne l’Équipe

Et à part ça ?

Forcément, avec de tels résultats, la bonne humeur est de mise dans le groupe France. Une bonne ambiance de groupe qui se traduit également par des scènes de joie et des moments cultes comme ceux aperçus lors de cette semaine allemande. Des filles déchaînées sur la musique “I will survive” de Gloria Gaynor après le relais féminin au monologue lunaire de “Martin Otis” devant la caméra de la Chaine l’Équipe en hommage à Edouard Baer dans le film Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre, les bleus étaient vraiment en grande forme outre-Rhin :

La suite du programme.

Après deux semaines allemandes, la caravane du biathlon s’envole pour la Slovénie et le site de Pokljuka. Au programme de la semaine, un individuel (jeudi et vendredi), un relais simple mixte et un relais mixte (samedi) et enfin une mass-start (dimanche). Ultime étape avant les Championnats du Monde d’Antholz en Italie (du 13 au 23 février), ce sera l’occasion de peaufiner les derniers réglages pour certaines sélections ou de faire des impasses pour quelques athlètes afin de préparer au mieux ces mondiaux. Un choix que Johannes Boe pourrait ne pas faire avec un retour très attendu du norvégien pour un duel au sommet Boe/Fourcade qui s’annonce passionnant.

Pour patienter…

Avec ce bilan, plus d’excuses pour bien répondre au quiz sur la semaine à Ruhpolding, alors c’est parti !

Crédit photo : IBU

Auteur

Damien JAEN

Damien JAEN

Éditeur Biathlon Live

Commenter