fbpx
Coupe du Monde

Ostersund – Le bilan : vers un duel France Norvège ?

Des relais à gogo, des sprints familiaux et des individuels nationaux. La dizaine de jours passée à Ostersund a permis de lever quelques interrogations sur la saison à venir. Une ouverture de saison donc et des premiers enseignements… Place au bilan…

Le top : Martin Fourcade et Dorothea Wierer en jaune !

Le doute entourait les premières performances de ces deux champions avant le top départ de la saison. Une dernière Coupe du Monde à oublier pour le catalan, le laissant face à ses doutes. Une préparation estivale compliquée pour l’italienne entre problèmes physiques et sollicitations permanentes suite à sa dernière saison victorieuse.

Le jaune lui va si bien ! © IBU

La meilleure réponse à tout ça ? La piste bien évidemment ! Des relais sérieux, une cinquième place sur le sprint et surtout une victoire sur l’individuel pour Martin Fourcade. Quasiment la même chose à l’envers (victoire sur le sprint, 7ème place sur l’individuel) pour Dorothea Wierer, avec en prime une victoire en relais mixte.

Ajouter à cela de belles performances sur les skis et vous obtenez deux dossards jaunes flambants neufs pour ces deux biathlètes. Une réaction peut être Monsieur Fourcade ? “Ça a été tellement dur l’hiver dernier […] Aujourd’hui, c’est une énorme satisfaction de revenir à ce niveau-là, et de le montrer à tout le monde et à moi-même” (source Chaîne l’Équipe). Merci.

A lui aussi ! © IBU

Le flop : Les équipes allemandes loin du compte.

Allô l’Allemagne ? Ici la Coupe du Monde de biathlon ! Où êtes vous ?

Simon Schempp : “Je n’ai pas de bonnes jambes, ça ne marche pas beaucoup.”

Erik Lesser : “Je me bats contre moi-même.”

Denise Herrmann : “Sans la boucle de pénalité, cela aurait été une autre course.”

Vous l’aurez compris, côté Mannschaft, c’est la soupe à la grimace en ce début de saison. Pourtant, une deuxième place sur le relais simple mixte de Franzeska Preuss et Erik Lesser aurait pu lancer la saison allemande sur de bonnes bases mais ce sera le seul et unique podium suédois. La sixième place de Johannes Kuehn sur le sprint sera le seul top 10 côté masculin. Idem chez les femmes avec les quatrièmes et sixièmes places de Franzeska Preuss et Denise Herrmann sur ce format.

L’équipe allemande pas à la fête en Suède. © IBU

Une situation moins catastrophique chez les femmes que chez les hommes donc, mais une nation habituée aux honneurs des podiums qui va vite devoir se ressaisir. Au final, pas un allemand dans le top 10 au général chez les hommes et un entraîneur, Mark Kirchner, mécontent mais confiant au micro du média ZDF: “Nous ne sommes pas satisfaits de la semaine, nous avons actuellement de gros problèmes avec les hommes sur le pas de tir […] Mais je ne suis pas inquiet, il y a souvent des débuts de saison compliqués chez nous.

Un Johannes Boe sur courant alternatif, les bleus ont les crocs !

Une deuxième place en relais mixte après un dernier gros passage, une victoire fratricide sur le sprint et enfin une victoire sur le relais hommes en gestion totale. Au vu de ces performances, Johannes Boe aurait dû faire parti des tops de cette première étape. Pourtant, une performance moyenne sur l’individuel en milieu de semaine nous oblige à nuancer son bon début de saison.

Frères de Boedium ! © IBU

Auteur de deux fautes derrière la carabine, le norvégien, avec son aisance à ski habituelle, aurait dû compenser ces tirs manqués, pour finir en haut du classement. Pourtant, c’est à la dixième place, avec plus de trois minutes de retard sur Martin Fourcade, qu’il terminera, laissant le français lui reprendre le dossard jaune. “Impuissant” ce jour-là, puis rassurant dimanche sur le relais hommes, il sera intéressant de voir dès Hochfilzen, si cette course manquée était un simple accident de parcours ou quelque chose de plus inquiétant…

Et si jamais le champion olympique de l’individuel devait faillir, une liste de prétendants est prête à en profiter. Tarjei Boe, le grand frère, a fait forte impression mais la colonie bleue aussi ! Après un sprint plutôt décevant, (pas un top 10 hormis M. Fourcade), les garçons ont remis les pendules à l’heure et de quelle manière !

Compatriotes de bleudium ! © IBU

Un quadruplé historique qui place, Emilien Jacquelin (8ème), Quentin Fillon-Maillet (6ème) et Simon Desthieux (5ème), en bonne position au général, à portée de carabine des deux monstres franco/norvégien de la discipline. Nul doute que si ces trois bleus arrivent à trouver de la régularité, ils pourront jouer les premiers rôles cette saison au général.

Une bonne reprise pour les françaises mais un équilibre fragile.

Du côté des françaises, le bilan est plus mitigé même s’il reste plutôt positif. En effet, la victoire pleine d’orgueil de Justine Braisaz sur l’individuel, après son trou d’air du sprint, accompagnée sur le podium par Julia Simon à la troisième place (premier podium) marqueront cette étape d’Ostersund. Le top 10 (10ème place), sur le sprint, de Célia Aymonier est également à ranger dans la catégorie “belle performance”.

Les sourires bleus des Juju. © IBU

Mais ces beaux résultats sont tout de même à nuancer. En difficulté sur les relais, les bons résultats sur les deux formats individuels masquent certaines défaillances. Anaïs Bescond, leader de cette équipe, n’a pas accroché un top 20. Justine Braisaz a terminé à la 83ème place du sprint, quand Célia Aymonier ne confirmait pas son top 10 acquis sur cette même course en terminant très loin sur l’individuel (61ème).

Une régularité qu’il faudra retrouver pour les bleues si elles veulent se mêler à la lutte pour le classement général même si Julia Simon (6ème à 24 points de Dorothea Wierer) semble bien (la mieux) armée pour viser quelque chose d’intéressant en fin de saison.

La perf’ d’Ostersund : le relais suisse féminin

Alors que la Norvège de Marte Olsbu Roiseland s’envolait vers la victoire finale, il restait encore deux places, pour trois nations, à se disputer pour le podium. La Suède d’Hanna Oeberg et l’Allemagne de Franzeska Preuss faisaient offices de grandes favorites pour monter sur la boite.

Des grandes suisses. © IBU

Et pourtant, c’est la suissesse Lena Häcki qui s’est arrachée dans le dernier tour pour prendre la deuxième place et valider le travail des sœurs Gasparin qui avaient idéalement lancer le relais. Un second rang qui a des allures de victoire pour les Helvètes qui ont fait monter le relais suisse féminin pour la première fois sur un podium de Coupe du Monde. Bravo !

La décla du week end :

De remettre les français à leur place fait vraiment du bien.”

Erlend Bjoentegaard, après le relais hommes remporté par la Norvège devant la France.
Vexés par le carton français sur l’individuel les norvégiens ? © IBU

Et à part ça ?

Les bleus ont pu prendre de belles photos de famille cette semaine. Entre le quadruplé historique français chez les hommes et les deux places sur le podium pour les filles (à chaque fois sur l’individuel), les athlètes et le staff technique n’ont pas manqué d’immortaliser ces moments, pour leur plus grand bonheur et le nôtre !

Les hommes et les femmes …
… les femmes et les hommes !

Des performances remarquables auxquelles Fabien Claude (7ème) et Antonin Guigonnat (78ème !) se sont associés pour l’instant photo. Déçu de sa piètre performance, le haut-savoyard a tout de même gardé son humour habituelle au micro de la chaine l’Équipe : : « Je me suis fait charrier dans l’aire d’arrivée. On m’a dit : “Ce sont les Championnats de France et tu n’étais pas au courant ?” Aujourd’hui, j’étais le laissé-pour-compte. Mais j’ai quand même félicité les gars. » Sympa Anto !

La suite du programme ?

Pas le temps de souffler pour nos biathlètes. Les bleus et la plupart des autres équipes se sont envolés pour l’Autriche ce lundi où un week end de compétition les attend à Hochfilzen. Au programme à partir de vendredi : un sprint, une poursuite et un relais dans un ordre différent chez les hommes et chez les femmes. Rendez-vous donc dès vendredi pour l’épisode numéro 2, de cette saison de Coupe du Monde, qui s’annonce passionnant !

Ah le Tyrol autrichien ! © IBU

Crédit photos : © IBU

Auteur

Damien JAEN

Damien JAEN

Éditeur Biathlon Live

Commenter