fbpx
Coupe du Monde

Nove Mesto – Émilien Jacquelin : “Incompréhensible”

Émilien Jacquelin, à l’origine d’une énorme craquante qui a ruiné les espoirs de victoire et de podium pour son équipe, ne trouve pas d’explications à cette défaillance. Le Villardien est surtout désolé pour ses coéquipiers.

Propos recueillis par la chaîne l’Équipe :

Je m’excuse encore une fois pour les coéquipiers, le staff et toutes les personnes qui me regardent. C’est très frustrant, d’autant plus, comme je l’ai dit à mes coéquipiers, je m’excuse mais je ne sais pas trop de quoi je m’excuse dans le sens où j’étais très concentré. Il n’y avait pas d’anxiété, pas de peur, pas d’hyper émotivité. Je fais les choses très naturellement, simplement, en étant au travail. C’est encore une fois incompréhensible sur le moment. Petit à petit, j’essaye de supprimer des éléments qui me permettraient de comprendre ce qui s’est passé.

Depuis l’épisode de la mass-start des Mondiaux, j’ai changé la hausse. C’est ce qui permet de régler la carabine avant les courses. Lorsque que l’on a eu des gros problèmes comme c’était le cas à Pokljuka et qu’on rate cinq balles, il ne faut pas croire que c’est une question de niveau. C’est aussi un problème technique. J’ai changé cette hausse, non pas en en affirmant à 100 % que c’était un problème avec cette hausse mais en essayant de voir tous ces éléments qui pourraient être des erreurs. Je voulais avoir l’esprit plus libre donc je l’ai changé et aujourd’hui encore j’ai eu des soucis. Après le tir debout montre bien que j’étais prêt mentalement et techniquement. C’est d’autant plus frustrant et étrange pour ce tir couché.

© Kevin Voigt

J’ai eu ce même problème la semaine dernière (lors de la dernière séance d’entrainement dans le Vercors). C’était avant d’arriver à Nove Mesto avec un tir au repos. J’ai discuté avec quelqu’un du problème que j’ai pu rencontrer et je fais un tir derrière avec un 0/5 et sans vent. Ce sont toutes ces petites choses qui me font penser qu’il y a quelque chose d’étrange. Est-ce que c’est technique ? Est-ce que c’est la carabine ? Moi ? En tout cas, je vais me remettre en question à 100%, même si je l’ai déjà fait sur la mass start des Mondiaux. Il faut toujours que ça me serve. Je vais essayer d’éliminer tous les éléments de réponse d’ici là. La dernière fois, il y a eu énormément de frustration et de déception. Aujourd’hui c’est de l’incrédulité. Je suis donc désolé mais je ne sais pas de quoi, c’est ça qui est incroyable.

Je vais en discuter avec le coach mais c’est sur qu’il va y avoir de l’appréhension sur le sprint de demain. Si la première balle tombe, je peux vous dire que ça va être une réelle satisfaction. Il va y avoir du stress. Aujourd’hui j’étais très content parce que j’y ai pas pensé une seconde à ce dernier tour de couché de la mass start de Pokljuka. J’étais très présent derrière la carabine. Malheureusement c’est la même chose et demain je vais y penser mais c’est à moi de me battre contre ça et de rester sur le travail. C’est ce qui me permet de contrer toutes ces pensées parasites.

Crédit photo : Kevin Voigt

Commenter