Coupe du Monde

Julia Simon : entre exploits et désillusions

La saison de Julia Simon n’a pas été un long fleuve tranquille. La Savoyarde est passée par toutes les émotions, entre sacre mondial et perte de cristal. Retour sur un hiver renversant.

Les montagnes russes tout au long de la saison

Difficile de ne pas être partagé quand on tire le bilan de la saison de Julia Simon. Sur les quatre mois de compétition, la Savoyarde de 24 ans a jonglé entre grandes performances et terribles déceptions. Portée par un temps de ski qui fait désormais d’elle l’une des plus rapides du circuit, elle a souvent été trahie par un tir couché plus que fragile. En l’espace d’un an, la tricolore a perdu 7% de réussite sur le tir le plus technique. De grosses craquantes, pour terminer dans les profondeurs du classement, mais aussi pour mieux rebondir.

Crédit photo : Kevin Voigt

Souvent la tête baissée une fois la ligne d’arrivée franchie, Julia Simon a à plusieurs reprises fait parler son orgueil pour tout de suite se remobiliser. Auteure d’un podium en début de saison, elle remportera coup sur coup deux mass-starts sur le mois de janvier. Pourtant mal embarquée sur ces deux courses, la Française terminera comme une balle pour rafler la mise. Un exploit, quand on sait qu’aucune tricolore n’avait remporté deux courses des reines. Deux grandes performances qui la placeront idéalement pour remporter le petit globe de la spécialité. Malheureusement, Julia Simon connaîtra une dernière course galère, fermant la mass-start d’Ostersund à quasiment 5 minutes de la tête.

Une dernière déception pour Julia Simon qui termine l’exercice 2020-2021 au treizième rang mondial, soit, cinq places de perdues sur la saison précédente. Élément incontournable des relais Français (cinq podiums), le bilan global est mitigé pour la biathlète de 24 ans qui n’a jamais pu s’inviter dans la bataille au dossard bleu.

Première récompense mondiale

Comme sa collègue des Saisies Justine Braisaz-Bouchet, Julia Simon connaîtra des Championnats du Monde décevants sur le plan individuel (une seizième place sur la mass-start comme meilleure performance). Mais elle sauvera sa quinzaine en remportant, avec Antonin Guigonnat, le titre du relais mixte simple. Comme sur les deux mass-starts, elle fera parler ses qualités de finisseuse dans un tracé très technique pour venir à bout de Tiril Eckhoff dans le dernier tour. Sa première récompense mondiale, en or, qui plus est.

Crédit photo : Kevin Voigt
Sa course de la saison

Difficile de trancher entre ses deux victoires individuelles, tellement elles se ressemblent dans le scénario. Mais remporter une seconde mass-start en deux courses, dossard rouge sur les épaules, en prenant ses responsabilités dans la dernière boucle face à des Hanna Oeberg et Lisa Theresa Hauser ou bien Franziska Preuss, la mass-start d’Antholz ne nous a pas laissés indifférent.

Elles étaient avec moi, elles s’accrochaient. Après, je suis plutôt forte au sprint et je savais que si je prenais la bonne ligne, je pouvais gagner.

Julia Simon après la mass-start d’Antholz
Julia Simon - Kevin Voigt
Crédit photo : Kevin Voigt
Julia Simon en chiffres
Courses individuelles
Victoires
Podiums
Top 10
Temps de ski moyen
% Tir couché
% Tir debout
26
2
3
7
15e
71,5%
79,5%
Retrouver de la régularité pour la saison prochaine

Capable de faire des coups sur chaque course, on espère que Julia Simon pourra trouver une stabilité derrière sa carabine pour devenir une biathlète plus régulière. Vainqueure à trois reprises en Coupe du Monde et parée d’or à Pokljuka, elle se rendra en Chine en février pour décrocher une première récompense olympique. 25 ans dans quelques mois, la Savoyarde a encore de belles années devant elle.

Crédit photo : Kevin Voigt

CYCLES ET SPORTS