fbpx
Coupe du Monde Divers

Johannes Dale : “Progresser encore pour devenir un meilleur biathlète”

Johannes Dale - Sondre Eriksen Hensema

Neuvième mondial, Johannes Dale a bien voulu répondre à nos questions ! Son dernier hiver, sa préparation, ses débuts en biathlon, ses modèles, l’ambiance au sein du clan norvégien et ses objectifs pour la prochaine saison… Johannes Dale fait le point à quelques jours de la reprise.

Bonjour Johannes. Dans quel état d’esprit es-tu à un mois du début de l’hiver ? J’imagine que tu as désormais hâte de retrouver le chemin de la compétition sur neige…

“J’ai vraiment hâte de commencer la saison ! Je commence à avoir des fourmis dans les jambes et j’ai vraiment hâte de reprendre la compétition. Je me suis très bien entraîné cet été et cet automne, et je suis convaincu d’avoir progressé en tant que biathlète. J’ai vu que je peux désormais défier davantage les gars plus expérimentés de l’équipe à l’entraînement, et je prends cela comme un signe de progression. Je n’ai pas été malade ou blessé cette année. J’ai donc pu m’entrainer exactement selon le plan initial donc vivement le début de saison !”

Tu reviens d’un stage en Italie, au Col de Lavazè. À quel point ce rassemblement était-il si important pour toi et ton équipe ? Est-ce-que tu t’adaptes facilement à l’altitude ?

“Nous venons de terminer un stage en altitude en Italie. C’était super, dans de fantastiques conditions. Nous avons même pu chausser les skis ! Nous n’avons pas pu faire tous les entraînements en altitude prévus cette année, donc je suis très heureux que nous ayons pu voyager en Italie où j’ai accumulé beaucoup de bonnes expériences pour les compétitions à venir. Je me suis bien acclimaté a l’altitude, c’est généralement le cas. J’ai de bonnes expériences de compétitions en altitude, et j’ai même couru certaines de mes meilleures courses en altitude. Mon corps y répond bien, et je n’ai pas besoin d’autant de temps d’acclimatation que certains. Par conséquent, je suis plutôt content que les Championnats du Monde à venir soient en altitude car là je suis assez confiant.”

Crédit photo : k_voigt_fotografie

Que j’obtienne une 9e place au classement général est quelque chose que je n’aurais pas imaginé.

Johannes Dale
Si on revenait sur ta dernière saison. Qu’est-ce-qui ressortait de ton hiver ? Est-ce-que tu sens que tu as encore une belle marge de progression devant toi ?

“La saison dernière était absolument fantastique. C’était ma première année en équipe A, et je ne savais pas trop à quoi m’attendre en termes de résultats. Maintenant, si je peux regarder en arrière, il y a eu de nombreux bons résultats, et surtout j’ai été régulier tout au long de la saison. Que j’obtienne une 9e place au classement général est quelque chose que je n’aurais pas imaginé avant le début de saison. Mais c’est génial ! Le point fort de la saison était sans doute mon meilleur résultat individuel à Oberhof, quatrième (ndlr : sur la mass-start) devant un public fantastique, et je m’en souviens très bien, c’est l’un de mes meilleurs souvenirs.”

Crédit photo : IBU

Néanmoins, je tiens à souligner les relais que j’ai pu courir sont aussi de grands moments. Que j’ai fini par participer à tous les relais pour la Norvège tout au long de la saison et même en Coupe du monde, c’était absolument fantastique. C’était incroyablement génial de représenter la Norvège dans ces relais, avec l’équipe fantastique que nous avons. Pas seulement les athlètes mais aussi les entraîneurs, les techniciens, les kinés, les chefs cuistots, les médecins et tous les autres. Il y a tellement de personnes qui sont derrières nous pour que nous courions dans de bonnes conditions. C’était donc un privilège de faire tous les relais pour la Norvège.”

Tu es dans une équipe exceptionnelle. Comment est l’ambiance au sein de ce groupe ?

“La Norvège a une très bonne équipe nationale où tout le monde performe à un niveau élevé. Faire partie de cette équipe est un rêve depuis longtemps pour moi. Et que je rejoigne déjà l’équipe A l’année dernière, c’était fantastique. Nous sommes rivaux tout au long d’une saison, mais l’ambiance est toujours bonne ! On s’amuse beaucoup ensemble, aussi bien lors des entraînements que lors des compétitions. C’est un très bon groupe de travail où je m’épanouis pleinement. Nous sommes beaucoup ensemble sur une année, mais je n’ai pas l’impression qu’on en a marre les uns des autres. Tout le monde se respecte, et si vous voulez être un peu seul, tout le monde trouve ça normal. Je pense qu’il est très important de se respecter et de se donner un peu d’espace vu que l’on est tellement ensemble. Ensuite, on peut aussi s’amuser quand on veut !”

j’ai également acquis un profond respect pour Martin Fourcade et Johannes Bø.

Johannes Dale
Qu’est-ce-qui t’a donné envie de faire du biathlon quand tu étais jeune ? Est-ce-que tu étais fan d’un ou d’une biathlète en particulier ?

“J’ai commencé le biathlon parce que mon père en faisait quand il était plus jeune. Et mon grand-père a, depuis aussi longtemps que je me souvienne, fait partie d’une association d’entretien de mon stade de ski. Donc le ski et mon club local Fet SK ont toujours fait partie de ma vie. Cependant, ça a pris du temps avant que je commence le biathlon, et je n’étais pas intéressé avant l’âge de 10 ans. Quand j’ai commencé, j’ai vraiment aimé et depuis, j’ai toujours voulu être le meilleur possible.”

Crédit photo : EPA/MAXPPP

“Mes modèles quand j’étais petit étaient Ole Einar Bjørndalen et Tarjei Bø. Je les ai regardés comme des dieux et j’avais des affiches d’eux dans ma chambre. Je regardais des vidéos et j’étudiais leur technique de ski sur YouTube. J’y ai passé beaucoup d’heures ! Donc, de faire partie de l’équipe avec Tarjei aujourd’hui est juste génial. En vieillissant, j’ai également acquis un profond respect pour Martin Fourcade et Johannes Bø. C’est fascinant de les voir se maintenir au sommet avec une telle régularité dans leurs performances. C’est complètement incroyable !”

Quels sont pour toi tes points forts ?

“Mon principal point fort est peut-être que je suis assez fort mentalement. Je suis un garçon offensif, qui aime défier les meilleurs et les plus expérimentés en cherchant à les battre à l’entraînement et en compétition. Je termine généralement fort sur les derniers tours. J’arrive à me surpasser et à souffrir. C’est mon “arme” la plus importante en compétition jusqu’à présent. L’année dernière, j’étais également très stable sur le tir couché, ce qui était définitivement une force, et j’espère et je crois que mon tir debout sera un peu plus stable cet hiver. Siegfried et moi avons travaillé dur cet été et c’est mon grand objectif !”

N’est-ce pas trop compliqué de se projeter sur une prochaine saison qui s’annonce indécise à cause de la pandémie ?

“Avec la pandémie qui sévit actuellement dans le monde, je ne prends rien pour acquis. Je sais que les choses peuvent changer rapidement, et des changements dans le programme des courses. Je pense que nous, les athlètes, ne pouvons que nous préparer du mieux que nous pouvons et être flexibles en cas de changements. On ne peut rien faire, sinon bien se préparer, comme s’il s’agissait d’une course. Mais j’espère et je crois que nous aurons plus de courses cet hiver !”

Crédit photo : IBU

Progresser encore pour devenir un meilleur biathlète.

Johannes Dale
Est-ce-que tu t’es tout de même fixé des objectifs ? Un premier podium en Coupe du Monde ? Une première médaille mondiale individuelle ?

“Mon grand objectif pour la saison prochaine est de faire un podium individuel. J’étais très proche l’année dernière à plusieurs reprises et j’estime que c’est un objectif réaliste. Cependant, mon autre grand objectif est de progresser encore pour devenir un meilleur biathlète. Je suis encore jeune et pas complètement à mon plus haut niveau, donc je veux passer plus de paliers physiquement et en tir. J’ai bien performé l’année dernière, et je souhaite confirmer ces résultats, et de préférence, faire encore mieux. Donc si j’ai bien travaillé cet été et cet automne et que je suis devenu un meilleur biathlète, les résultats devraient suivre. J’ai fait de grands progrès à chaque saison ces dernières années, et je pense que je me suis encore amélioré cette année aussi !”

Est-ce-que le dossard bleu, récompensant le meilleur biathlète de moins de 25 ans, peut être un objectif pour toi cet hiver ?

“Je trouve ce nouveau dossard bleu vraiment cool ! J’étais très heureux quand j’en ai entendu parler et je trouve que c’est un concept génial. C’est définitivement l’un de mes objectifs de me battre pour ce dossard. Ça serait vraiment cool de le porter sur une course.”

L’ensemble de l’équipe Biathlon Live souhaite une très bonne saison à Johannes Dale.

Traduction réalisée par Aurélie Viennet.

Crédit photo : Sondre Eriksen Hensema

Commenter