fbpx
Coupe du Monde

Bilan – Dans les skis de… Antonin Guigonnat

Saison compliquée pour le Haut-Savoyard qui a cherché, en vain, ses sensations de la saison passée mais tout n’est pas à jeter pour le nouveau doyen de l’équipe de France masculine.

Une saison frustrante au milieu d’une vague Bleue

Une course résume parfaitement la saison frustrante d’Antonin Guigonnat, l’individuel d’Ostersund. Là où Martin Fourcade, Simon Desthieux, Quentin Fillon-Maillet et Émilien Jacquelin ont pris les quatre premières places (Fabien Claude 7ème), le Haut-Savoyard allait manquer une fête collective avec neuf fautes et une anonyme 78ème place.

Pourtant sa fin de saison précédente laissait place à l’optimisme. Vice-Champion du Monde de la mass start à Ostersund et 11ème du général, il pouvait légitimement arborer de belles ambitions pour le nouvel opus 2019/2020. Malheureusement, des sensations compliquées sur les skis et une réussite au tir loin d’être suffisante ne lui ont pas permis de rivaliser avec le gratin du biathlon mondial.

Au final, une 27ème place au général, aucun podium individuel et un statut de réserviste sur les Mondiaux d’Antholz qui l’a même poussé en IBU Cup à Martell. Une deuxième division qu’il n’avait plus fréquentée depuis décembre 2017. Dur pour Anto quand on sait qu’il était titulaire aux Jeux Olympiques de Pyeongchang et aux Mondiaux d’Ostersund l’année dernière.

Sa course de la saison

Aucun podium individuel donc, une saison loin des standards de ses coéquipiers mais une éclaircie au milieu de cet exercice compliqué. Quoi de mieux que l’aide de ses copains pour retrouver le sourire. Cette sensation il l’a connu à Hochfilzen lors du relais hommes.

©IBU

Premier relayeur, il ne sera pénalisé que de deux pioches et laissera le relais à Émilien Jacquelin à 20 secondes du Norvégien Johannes Dale. Fabien Claude et Quentin Fillon-Maillet concluront l’épreuve pour assurer une troisième place et donc le seul podium de la saison en Coupe du Monde pour le Haut-Savoyard.

Antonin en chiffres
Retour aux affaires l’hiver prochain ?

Antonin Guigonnat l’a dit lui-même suite à sa 20ème place sur la dernière course de la saison à Kontiolahti (poursuite), il est maintenant le doyen de l’équipe de la France masculine (avec la retraite de Martin Fourcade) et a donc un statut à assumer. Un léger regain de forme sur les deux dernières étapes de cette édition de la Coupe du Monde 2019/2020 laisse penser qu’il est capable d’assumer ce nouveau rôle et donc d’être optimiste pour la prochaine saison.

Voir cette publication sur Instagram

Mais comme je suis fier! Et reconnaissant! Éternellement. Mais la chance que j’ai! D’avoir choisis ce sport étrange, de me retrouver au bon moment, au bon endroit. De côtoyer le gars, la légende qui a réussi à faire savoir aux français que “biathlon” c’est ski de fond et tir à la carabine et pas autre chose… Tu fais quoi toi? Biathlon? Mouais… avec Martin Fourcade et tout? – Oui. – Ah quand même! Voilà. Tu nous a bien simplifié la vie. A cause de toi, notre sport confidentiel fait des audiences de fou à la télé. Plus moyen de contre-performer discrètement! J’aurais pas rêvé mieux. Moi j’ai peut-être pas un rêve d’or et de neige, en tout cas pas autant que toi mais si on m’avait dit que je pourrais faire partie de ton équipe un jour, alors j’en aurais rêvé. Je sais pas quoi dire de plus à part merci, pour moi, pour notre discipline. Hélène, Manon, Inès, merci de nous l’avoir prêté ces deux dernières années. Ça valait le coup! Vous pouvez être fières de le récupérer maintenant, même si il ne gagne pas ce huitième globe demain, les 2 saisons qu’il vient d’achever ont étés les plus impressionnantes de toutes. Ciao l’ancien! A bientôt président! Photo: NordicFocus

Une publication partagée par Antonin GUIGONNAT (@antoguigo) le

Crédit photo : IBU

Auteur

Damien JAEN

Damien JAEN

Éditeur Biathlon Live

Commenter