fbpx
Coupe du Monde

Bilan – Dans les skis de… Anaïs Bescond

Anaïs Bescond NMMV 20 IBU

Avec des hauts et des bas, Anaïs Bescond a su gérer sa saison au mieux. Alternant le bon et le moins bon, la Jurassienne termine l’hiver à la quinzième place du général.

Une saison sur courant alternatif

Après une saison compliquée l’hiver dernier, Anaïs Bescond avait pour objectif de redresser la barre cet hiver. Ses temps de ski lors des deux premiers week-ends de course rassurent au vu de sa blessure au genou datant du mois de juin. Sur l’étape à domicile la française passe complètement à côté du sprint d’ouverture. Avec quatre erreurs elle prend la soixante dix-huitième place et ne participe pas à la poursuite. Elle se rattrapera sur la course des reines avec une septième place. Arrive alors les deux semaines allemandes. Deux fois présente sur le podium avec le relais dames, Anaïs Bescond coince sur les courses individuelles. Aucun top 10 à se mettre sous la dent.

L’embellie Pokljuka

Anaïs Bescond réalise son meilleur week-end de l’hiver en Slovénie. Sur l’individuel elle réussit le tir parfait et décroche la troisième place. Son premier podium individuel de la saison. Seules les solides Herrmann et Oeberg la devancent.

Le lendemain elle prend le départ du relais mixte simple au côté d’Émilien Jacquelin. Un duo inédit ! Avec cinq balles de pioche, ce nouveau binôme fait le job et après avoir joué devant tout le long de la course, Anaïs Bescond franchit la ligne d’arrivée en première position.

Crédit photo : IBU

La tricolore conclut son week-end avec un troisième podium en trois courses. Tout comme sur l’individuel, Nanass réussit le plein et s’offre son second podium individuel en l’espace de trois jours.

Crédit photo : IBU

Un sacré week-end pour la Jurassienne ! Trois courses, trois podiums dont une victoire et une réussite au tir exceptionnelle. Tout ceci est de bon augure pour les mondiaux.

Des mondiaux mitigés

Sauf que tout ne se passe pas comme prévu lors de ces Championnats du Monde dans le Südtirol. Beaucoup trop de déchets derrière la carabine sur les formats individuels ne lui permettront pas de décrocher de médaille. Heureusement pour elle la donne sera complètement différente sur le relais mixte simple. Anaïs Bescond se retrouve de nouveau associée à Émilien Jacquelin. En espérant que le duo continue sur la dynamique de leur victoire à Pokljuka. Face à d’autres binômes très performants, nos deux tricolores tirent leur épingle du jeu et décrochent une magnifique médaille de bronze. De quoi faire grandement plaisir à Nanass (et sauver dans le même temps le bilan des françaises).

Crédit photo : IBU
Fin de saison à 50/50

À l’image de ses performances sur l’ensemble de son hiver, Anaïs Bescond alterne le bon et le moins bon sur les deux derniers week-ends de course. Deux fois deuxième sur le sprint et le relais dames à Nove Mesto, elle terminera sa campagne 2019-2020 avec des performances en deçà du côté de la Finlande avec notamment une quarante-deuxième place sur le 7,5 kilomètres.

Sa course de la saison

Dans des conditions particulières en l’absence de spectateur pour cause de Coronavirus, la biathlète tricolore a su exploiter ses capacités lors du sprint. Créditée d’un magnifique dix sur dix derrière la carabine, la tricolore termine la course à seulement vingt-sept secondes de Denise Herrmann, connue pour être l’une, voire la plus rapide sur les skis.

Crédit photo : IBU
Anaïs en chiffres
Que réserve l’avenir à la capitaine de route chez les filles ?

Après une saison 2018-2019 plutôt moyenne, Anaïs Bescond a su relever la tête cet hiver grâce à quelques éclaircies. La doyenne de l’équipe de France féminine est un maillon essentiel dans le clan bleu, l’expérience parle pour elle. Mais ne nous le cachons pas. À bientôt 33 ans, Nanass est plus proche de la fin que du début de sa carrière. Et derrière, la jeune garde tricolore tape de plus en plus au carreau. La Française a tout de même fait part de son intention d’aller jusqu’aux Jeux de Pékin en 2022.

Crédit photo : IBU

Commenter