fbpx
Coupe du Monde

Anaïs Bescond : Une saison de transition vers les JO

Trois top 10 en individuel et quelques podiums en relais, Anaïs Bescond n’a pas réalisé de grands coups d’éclat cet hiver. Mais la Jurassienne sera bien présente la saison prochaine.

Régularité sans grandes performances

Anaïs Bescond est la doyenne de l’équipe de France. Encore fidèle au poste cette saison malgré quelques rumeurs de fin de carrière à la fin de l’opus 2019/20, la Franc-Comtoise n’a quasiment loupé aucune miette du circuit féminin cette année. Une sixième place accompagnée d’une cérémonie des fleurs sur l’individuel d’ouverture à Kontiolahti laissait présager une belle saison.

Malheureusement pour elle, ce top 10 en solo ne se représentera qu’à deux reprises et seul les relais dames viendront rassasier sa soif de podium (quatre). Consciente de ne pas en avoir assez sous les skis pour rivaliser avec le gotha mondial, “Nanass” a su limiter la casse grâce à son tir. Son 83% de réussite derrière la carabine lui a permis de terminer au 18ème rang mondial. Une stabilité par rapport à l’exercice précédent (15ème) et une participation à toutes les mass-start qui suffisent au bonheur de la Jurassienne.

© VOIGT / Benjamin Soelzer

Cerise sur le gâteau, Anaïs Bescond n’est pas repartie bredouille des traditionnelles cérémonies des globes lors de la dernière étape. Pas de petit globe certes, mais le dossard argenté en laine, tricoté par Susan Dunklee. Réservée aux plus de 33 ans, cette récompense anecdotique mais au combien sympathique a donc été remportée par la Jurassienne aux côtés de Jakov Fak. Une manière aussi pour la biathlète tricolore d’oublier des Mondiaux manqués où elle n’a pas pu défendre sa médaille de bronze en relais mixte simple obtenue en 2020.

Sa course de la saison

Difficile de ressortir une course cette saison pour “Nanass” mais en habituée du circuit de la Coupe du Monde, ses analyses sont souvent à écouter avec attention. Celle après la mass-start d’Ostersund (voir ci-dessous), disputée dans des conditions dantesques est sans concession. Son 12/20 derrière la carabine (25ème place finale) n’a pas été du goût de la biathlète française.

Ce n’est pas digne de ce qu’on fait. Même si ça fait partie du jeu, ce n’est pas intéressant, c’est beaucoup du feeling.

Anaïs Bescond après la mass-start d’Ostersund
Anaïs Bescond - Kevin Voigt
© Kevin Voigt
Anaïs Bescond en chiffres :
Courses individuelles
Top 10
Top 20
Temps de ski moyen
% Tir couché
% Tir debout
26
3
12
22e
84.8%
81.4
Un titre olympique compliqué à défendre

Anaïs Bescond, qui s’est quand même plainte de difficultés respiratoires cette saison, a décidé de rempiler pour un hiver supplémentaire. Quatrième française au classement général, elle peut légitimement revendiquer sa place au sein du groupe France. Les jeunes Bleues mettent du temps à s’imposer et la doyenne des tricolores pourra encore viser de belles choses sur le prochain exercice. Les quotas (quatre places) sur les courses individuelles olympiques devraient lui permettre de participer à toutes les épreuves mais il lui sera difficile de défendre son titre olympique. Médaillée d’or en relais mixte en 2018 à Pyeongchang, il est compliqué d’imaginer qu’elle pourra obtenir une des deux places féminines sur ce format. À moins que l’expérience soit privilégiée ?

Crédit photo : EXPA/Adelsberger via VOIGT Fotografie