Circuit National Courses intersaison

Anaïs Chevalier : “J’étais vraiment offensive”

Sans rivale hier sur la poursuite des Championnats de France, Anaïs Chevalier a connu une petite mésaventure avant la course qui aurait pu “tourner à la catastrophe “.

Propos recueillis par la FFS :

Satisfaite de sa performance sur la poursuite, Anaïs Chevalier-Bouchet n’a pas été dans la retenue pour conserver sa couronne nationale…

“C’était une belle course aujourd’hui (ndlr : hier), j’étais vraiment offensive. C’est ce vers quoi je veux tendre sur les tirs, être vraiment à l’attaque. Ça fait quelques mois que je travaille ça et sur les courses ça ne passait pas tout le temps. Là ça commence à être bien en place et c’est payant. C’est chouette.”

“La stratégie c’était pas de stratégie. À bloc du début à la fin, à bloc sur les skis, à bloc au tir, vraiment faire ma course. C’est pour ça qu’à la sortie du deuxième tir, je prends les devants en fait, je ne me pose même pas la question de rester dans les skis (ndlr : d’Anaïs Bescond) ou pas, ou de demander un relais. Je voulais vraiment faire le travail toute seule. Il n’y a pas meilleur entraînement que la course. J’ai vraiment travaillé pour cet hiver. Le dernier tour je sais que j’avais de l’avance mais j’ai essayé de creuser encore plus. C’était vraiment faire ma course, pas de stratégie.”

Mais la poursuite aurait pu se passer différemment pour l’Iséroise. Quelques minutes avant le départ, la tricolore a fini dans l’herbe, gênée par un enfant traversant la piste…

“Il m’est arrivée une petite mésaventure mais ça m’a remontée comme un coucou. Ça m’a vraiment agacée du coup j’étais vraiment offensive sur la piste. Il y a un petit garçon qui a traversé la piste sans regarder et j’ai fait un petit roulé-boulé dans l’herbe. Rien de trop grave. Je sens que ça commençait un peu à me tirer au niveau du dos et des cervicales mais ça m’a vraiment remontée et un petit peu agacée. Ça fait partie du job. On arrive à un peu plus d’un mois du début de la saison. C’est le genre de mésaventure qui peut tourner un petit peu plus à la catastrophe donc je m’en sors bien cette fois-ci. Mais il faut que tout le monde reprenne ses marques, le public, les athlètes avec le public.”

Désormais place à un peu de repos pour Anaïs Chevalier-Bouchet avant d’attaquer le dernier bloc de préparation durant lequel elle rechaussera les skis…

“Là on rentre pour 15 jours à la maison. Mon téléphone je vais l’éteindre, je ne veux pas qu’on m’embête (rire). On va affiner la préparation. J’ai encore un peu de boulot à faire sur les ski-roues avant de retrouver les skis. Je ne me sens pas fatiguée donc je vais profiter de la bonne période. Il fait encore beau pour faire de belles séances. Continuer cet affutage pour arriver le plus en forme possible dans un mois.”

Crédit photo : Dans les yeux d’Elsa Photographie

CYCLES ET SPORTS