fbpx
Championnats du Monde

Antholz – Patrick Favre : “Le travail porte ses fruits”

Entraîneur de tir de l’équipe de France masculine, le coach italien est évidemment ravi du début de ces mondiaux mais sait qu’il y a encore de belles cartes à jouer, surtout sur le relais de samedi.

Des mondiaux qui se déroulent parfaitement pour les hommes de Patrick Favre avec déjà 4 médailles dont 2 en or…

“Nous récoltons ce que nous avons semé sur la Coupe du Monde depuis le début de saison, et je pense que nous pouvons faire encore mieux. Je crois aux gars que j’ai. Quant à l’individuel, je suis très heureux pour Martin car c’est un grand champion envers lequel je ne dois pas être le seul à dire ça, mais je suis déçus pour les autres, car nous avons eu des athlètes médaillés, qui ne sont pas sur le podium à cause de quelques petites erreurs. En tout cas, le travail porte ses fruits, nous essayons d’avancer sur la voie que nous avons suivi.”

À la question de, “Comment s’entraîne un champion comme Martin Fourcade ?”, le coach italien a répondu…

“Comme tous les grands champions. Certaines personnes pensent à tort qu’il est parfois plus difficile d’entraîner des athlètes de ce niveau, en réalité quelqu’un comme Martin est si professionnel qu’il pourrait presque s’entraîner seul. Il est certainement celui qui, malgré tout, a l’humilité de toujours accepter les conseils, donc je suis vraiment heureux de pouvoir le former.”

La victoire d’Émilien Jacquelin dimanche, une surprise ? Surtout la confirmation d’un très bon début de saison…

“Non, tout sauf inattendue, car cette année, il était déjà monté sur le podium. Nous savons qu’Émilien a un tir très solide, bien qu’il ait encore des hauts et des bas, parce qu’il est encore très jeune et que nous devons le guider un peu, surtout d’un point de vue mental, dans son caractère et dans toutes ces choses qui lui manquent encore un peu. Je suis très heureux parce qu’il a suivi les directives que nous lui avons donné et qui l’ont conduit à ce résultat.”

Les bleus sont évidemment attendus samedi sur le relais où ils feront figure de favoris avec la Norvège. Une pression supplémentaire ?

“Ça pèse mais pas beaucoup, nous sommes conscients de nos capacités. Je ne veux pas relâcher la pression, car nous prendrons le départ pour la victoire. Je pense que nous pouvons faire mieux dans ce relais que ce que nous avons fait jusqu’à présent. Nous avons travaillé dur pour cette course, voyons ce qui va se passer.”

Propos recueillis par Fondoitalia

Crédit photo : Agence Zoom

Commenter